Néonicotinoïdes : six organisations disent non à une nouvelle dérogation pour le secteur betteravier

Devant les risques liés à l'utilisation des néonicotinoïdes, les organisations Nature & Progrès Belgique, Natagora, PAN (Pesticide Action Network) Europe, WWF, Inter-Environnement Wallonie (IEW) et Greenpeace ont interpellé, mardi par courrier, les ministres compétents pour empêcher toute nouvelle dérogation à l'interdiction européenne portant sur ces substances. Le secteur betteravier réclame une nouvelle dérogation en raison d'un problème de jaunisse touchant les betteraves et responsable d'une possible faiblesse de rendement.

"La biodiversité est en déclin... En 28 ans en Wallonie, les populations d'oiseaux ont baissé de 57,4% selon le Rapport Planète Vivante. En Allemagne, au cours de ces 27 dernières années, la biomasse d'insectes volants a chuté de 76%. L'une des causes principales de ce déclin est attribuée aux néonicotinoïdes", soulignent mercredi les organisations dans un communiqué. "Des études mettent en avant depuis plus de 20 ans l'impact négatif de ces produits sur les écosystèmes."

Les néonicotinoïdes sont une classe d'insecticides souvent mis en cause dans la mortalité des abeilles. "Quelques dizaines de grammes à l'hectare suffisent à empoisonner toutes les plantes, provoquant la destruction des insectes qui consomment ces dernières (sève, feuille, pollen, nectar, etc.)", dénoncent Nature & Progrès Belgique, PAN Europe, WWF, IEW et Greenpeace. Les néonicotinoïdes se diffusent par ailleurs dans le sol, entre autres par lessivage, et polluent les champs traités ainsi que leur environnement durant de nombreuses années.

Au vu de ces constats, les organisations prient donc le ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme de ne pas répondre favorablement à la demande de dérogation et le ministre wallon de l'Agriculture Willy Borsus de miser sur une agriculture respectueuse de l'environnement afin de garantir une production de betteraves locales et pérennes. Elles demandent également à la ministre de l'Environnement Céline Tellier d'empêcher toute dérogation et de les informer si des mesures ont été prises pour le non-respect des conditions de dérogation.

Pour rappel, l'Europe a choisi en 2018 d'interdire trois néonicotinoïdes en culture de plein champ. Mais la Belgique a dérogé à cette interdiction en 2019 et 2020 pour lutter contre les pucerons qui transmettent la jaunisse de la betterave. "Il serait honteux" de lier l'ensemble des conditions qui ont provoqué des difficultés à la production betteravière à la présence de pucerons dans les champs; et "cela ne justifie en rien une troisième demande de dérogation", arguent les organisations, qui précisent qu'aucune évaluation de l'impact de cette maladie sur le rendement n'a été faite.

Journal télévisé 17/09/2020

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK