Neige: retour à la normale, mais gare au verglas

Lors d’une matinée classique, on tourne entre 150 et 200 km de bouchons ou de ralentissements. Ici, les temps de parcours ont explosé partout. Quelques exemples : il vous fallait trois heures pour rallier Liège à Bruxelles, deux heures pour faire Namur jusqu’au carrefour Léonard, 3h45 entre Ostende et le ring de Bruxelles ou encore 2h40 pour aller de Liège à Mons.

Aucune mesure n'a été prise concernant la circulation des poids lourds sur le territoire wallon, malgré que de nombreux camions sont en difficultés un peu partout. Depuis 12h00, les postes frontières franco-belges sont fermés aux poids lourds: sur l’E429 à Blandain et sur la N5 à Bruly. En France, les poids lourds sont bloqués environ 30 km après la frontière avec interdiction de circuler sur les autoroutes et nationales. L'interdiction de circulation des poids lourds de plus de 13 mètres a été prolongée mardi en fin de journée sur l'E19 depuis l'échangeur de Dour jusqu'au poste frontière de Hensies et sur l'E429 depuis l'échangeur de Blandain jusqu'au poste frontière de Lamin, informe le Centre régional de crise de Wallonie. Elle vaut jusque mercredi 8H du matin. La phase d'alerte routière est maintenue.

En fin d'après-midi, le déneigement était quasi généralisé sur les routes wallonnes, selon le SPW. Seuls les réseaux secondaires et communaux sont toujours difficilement praticables. Sur les autoroutes, une bande est dégagée minimum mais le vent ramène souvent de la neige sur l’unique bande praticable.

On constate la formation de congères surtout en province de Liège.

Les tunnels de la petite ceinture de Bruxelles ont été rouverts en fin de matinée à la circulation. Bien qu'elle ne soit plus aussi dense qu'à l'heure de pointe, la circulation sur les principaux axes routiers de la capitale reste difficile, a précisé Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité.

La circulation des lignes de bus de la STIB, elle, est également perturbée. Des "retards importants" sont à prévoir sur l'ensemble des lignes, a indiqué une porte-parole de la STIB. En ce qui concerne les trams, la circulation est également perturbée, des retards sont à prévoir. Les métros, eux, roulent normalement. Tous les détails sur le site de la STIB.

Le réseau du TEC quasiment à l'arrêt

La situation s'était fortement améliorée mardi après-midi sur le réseau TEC. Si durant la matinée presque aucun bus ne circulait en Wallonie, mardi après-midi, la majorité des bus roulait à nouveau à l'exception de ceux du TEC Charleroi, a indiqué le porte-parole du TEC Stéphane Thiery. En raison de l'important gel des températures annoncé pour la nuit prochaine, le TEC redoute toutefois une soirée et une matinée de mercredi difficiles sur son réseau.

Si les bus circulent à nouveau, les retards sont néanmoins importants, prévient le TEC. Le métro léger de Charleroi continue lui à circuler normalement.

"Les zones les moins bien desservies actuellement sont la Hesbaye, le Condroz liégeois, la province de Namur, et les régions de Mons et de La Louvière. Les villes de Liège et de Namur sont, quant à elles, bien desservies à l'exception des côtes encore fort enneigées", a précisé Stéphane Thiery.

En raison de prévisions météorologiques, le TEC redoute la soirée à venir et la matinée de mercredi. "Le sel de déneigement répandu sur les routes devrait être bien moins efficace et ces routes pourraient donc devenir extrêmement glissantes et verglacées dès le coucher du soleil. Le réseau pourrait être fortement perturbé ce mardi soir et surtout mercredi matin", annonce le porte-parole du TEC, qui invite les passagers à se renseigner régulièrement sur l'évolution de la situation sur www.infotec.be.

Situation difficile sur le rail: ni Thalys ni Eurostar

La circulation sur le réseau ferroviaire belge aux heures de pointe de mardi était fortement perturbée en raison de la neige tombée abondamment en journée. "A Bruxelles, les trains ont une bonne demi-heure de retard en moyenne", selon un porte-parole d'Infrabel. "Certains trains sont supprimés pour pouvoir laisser passer plus facilement d'autres convois."

Les retards accumulés en matinée n'ont pas pu être résorbés, ce qui rendait la situation encore difficile en fin d'après-midi. Selon le porte-parole du gestionnaire du réseau, les heures de pointe de mercredi matin devraient être moins chaotiques. "On devrait pouvoir démarrer la journée sur de nouvelles bases."

S'agissant des trains à grande vitesse, le trafic des trains Thalys et Eurostar a été "totalement suspendu" jusqu'à mercredi matin à la demande de la France qui doit faire face à de très mauvaises conditions climatiques sur la ligne à grande vitesse Nord. Thalys prévoit également de très fortes perturbations mercredi sur l'ensemble de son réseau en raison de la poursuite de chutes de neige et du temps nécessaire à la réparation des infrastructures. "La reprise du trafic sera conditionnée à l'amélioration des conditions de circulation et à l'accord des gestionnaires d'infrastructure de reprendre ou non le trafic", prévient Thalys International, qui demande donc à ses voyageurs de reporter leur voyage.

Eurostar recommande à tous ses voyageurs de reporter leurs voyages. Un échange et un remboursement de leurs tickets sera possible sans frais. Il leur est également conseillé de ne pas se présenter en gare et de se rendre sur le site eurostar.com pour connaître l'état du trafic, qui sera réactualisé en cas d'évolution de la situation.

Les retards de trains sur le site Railtime

Les voyageurs une nouvelle fois abandonnés à leur sort, selon navetteurs.be

Les voyageurs de la SNCB ont "une nouvelle fois" été abandonnés à leur sort mardi, dénonce dans un communiqué l'association de voyageurs navetteurs.be. Les conditions climatiques de la journée qui ont entraîné une forte perturbation de la circulation ferroviaire dans l'ensemble du pays, étaient certes défavorables, mais n'avaient "aucun caractère exceptionnel" pour la Belgique, selon le collectif.

L'association déplore le manque d'informations malgré les possibilités offertes par les nouvelles technologies. Elle dénonce le manque de prise en charge des voyageurs, "livrés à eux-mêmes dans les gares et qui ont subi des retards atteignant parfois plusieurs heures tant à l'aller qu'au retour". Elle réclame, au nom des voyageurs, des excuses et une compensation pour les désagréments subis.

"Malgré toute la publicité faite autour du "Plan Hiver" par le Groupe SNCB, celui-ci s'est très vite révélé être un effet d'annonce sans aucun impact concret sur le réseau ferroviaire", analyse navetteurs.be.

L'association souligne par ailleurs le travail effectué par le personnel présent sur place "dans des conditions souvent difficiles".

Brussels Airport fonctionne

L'aéroport de Zaventem fonctionne normalement et aucun problème ne devrait survenir dans la matinée ou l'après-midi.

"La surface des pistes est froide et gelée mais nos hommes y ont travaillé toute la nuit. C'était très difficile, mais l'aéroport fonctionne maintenant normalement et aucun problème ne devrait survenir dans la matinée ou l'après-midi", a expliqué Jan Van der Cruysse avec quelques réserves. "Il y a deux pistes d'atterrissage et de décollage utilisées", a indiqué le porte-parole. Il recommande aux voyageurs d'arriver bien à l'avance et de vérifier que leur vol est bien confirmé.

Retards à l'aéroport de Charleroi, celui de Liège a rouvert

D'importants retards ont été enregistrés au BSCA (l’aéroport de Charleroi). Les avions ont d'abord été autorisés à atterrir, puis aussi à décoller. Depuis 17 heures, la piste de l'aéroport de Charleroi est à nouveau praticable. Les derniers vols de la journée, une vingtaine, pourront donc décoller, avec parfois tout de même un léger retard. Et les prévisions météorologiques sont bonnes, la direction de l'aéroport attend dès lors un retour à la normale mercredi matin.

Liège Airport a accueilli trois vols Ryanair qui devaient atterrir à Charleroi. Ils ont été détournés. Les trois avions viennent de Vilnius (Lituanie), Varsovie (Pologne) et Faro (Portugal). L'aéroport de Liège n'a pas été sollicité pour accueillir des avions en provenance de Francfort qui a été fermé à 11h20.

Aéroports de Liège et de Charleroi: toutes les infos

Sortie de piste d'un avion à Orly

Toujours concernant les aéroports des pays limitrophes, un avion de la compagnie Tunisair transportant 140 personnes a fait mardi une sortie de piste à l'atterrissage à l'aéroport parisien d'Orly, sans faire de blessé, a-t-on appris de sources concordantes.

L'avion, en provenance de Djerba (Tunisie), a "fait une sortie de piste à 11H15" au moment de son atterrissage, "à cause des conditions météorologiques", a indiqué une source aéroportuaire. "Il y avait 140 passagers à bord" mais "il n'y a aucun blessé", a précisé cette source. Selon un porte-parole d'Aéroports de Paris (ADP), l'appareil "a fini sa course sur le côté de la piste, en douceur". Une heure plus tard, les passagers étaient en cours d'évacuation afin d'être conduits vers le terminal Sud de l'aéroport parisien. D'après ADP, "les causes exactes de la sortie de piste ne sont pas encore connues". "Le pilote doit être entendu par le bureau d'enquêtes et d'analyses" (BEA), a-t-on expliqué.

Des chutes de neige exceptionnelles pour la saison tombaient mardi sur le nord-ouest de l'Europe, et notamment sur la région parisienne, paralysant les transports, privant des milliers d'habitants d'électricité et bloquant des automobilistes sur les routes verglacées.

RTBF

Les photos et les vidéos de cette offensive neigeuse

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK