Neige et froid polaire : quelques gestes simples pour venir en aide aux sans-abri

Vivre dans la rue est loin d’être une situation facile, mais avec cette météo polaire, c’est encore plus difficile pour les personnes sans abri.

En tant que citoyen, nous pouvons leur venir en aide. Et souvent grâce à des gestes simples : "Le premier geste, c’est d’aller dire bonjour", explique Christine Vanhessen, directrice de l’AMA, Fédération des Maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri

"C’est d’aller vers les personnes que l’on rencontre et tout simplement leur demander si elles vont bien, si elles ont besoin d’une aide en particulier, si elles ont faim, si elles ont froid, etc. C’est autant de questions qui vont permettre de savoir éventuellement vers qui orienter la personne et de téléphoner, de signaler cette personne au relais social".


►►► Á lire aussi : Une semaine glaciale, jusqu'à -15 degrés, bien en dessous des normales


Faire appel aux structures d'aide 

Ces relais sociaux, il en existe dans la majorité des grandes villes en Wallonie. "Le relais social est chargé pour chacune des grandes villes de Wallonie d’organiser, de coordonner le dispositif plan Grand Froid pour chacune de ces villes et donc, il a dans ses missions de pouvoir établir exactement quels sont les services d’accueil de jour, les équipes de travail de rue, les centres d’hébergement et tous les services qui travaillent avec les personnes sans abri".

Les numéros de téléphone de ces relais sociaux se trouvent facilement sur internet en tapant le mot "sans abri", mais les CPAS peuvent également jouer le relais.

A Bruxelles, "il y a aussi plusieurs opérateurs", poursuit Christine Vanhessen. "Pour ce qui concerne l’hébergement, on peut toujours téléphoner au numéro gratuit du Samusocial (0800/99.340). On peut en tout cas signaler une situation de personnes que l’on pourrait rencontrer en rue. Et les équipes de travailleurs de rue, comme DIOGENES ou DoucheFlux sont aussi là pour répondre aux questions. Et là, il y a un site internet qui s’appelle Bruss’help qui rassemble tous les services bruxellois".

Gare aux cas d'hypothermie 

Mais avec ces températures exceptionnellement polaires, il faut aussi être vigilant face aux cas d’hypothermie : "Quand il fait très très froid, il y a des risques d’hypothermie qui sont réels", affirme Joséphine de l’asbl Infirmiers de rue à Bruxelles. "Il y a des hypothermies qui peuvent être dites 'légères' où là, on rencontre une personne qui grelotte, qui tremble un petit peu, qui est légèrement confuse, mais qui a encore toutes ses capacités et qui a encore tendance à se protéger un minimum du froid en acceptant de l’aide. Il y a aussi des cas où l’hypothermie est vraiment sévère et où là il ne faut pas agir seul en tant que citoyen", précise cette infirmière. "Si on voit qu’une personne commence à avoir un discours, un comportement qui est incohérent, anormal, comme un personne qui pourrait se promener en t-shirt ou avec des tongs en rue, en refus de soins, en refus d’aide. Là, il ne faut pas hésiter à appeler le 112 et donc, appeler une ambulance".

Car quelqu’un qui est en hypothermie devra être réchauffé progressivement, sous peine de risquer l’arrêt cardiaque.

Il ne faut évidemment pas hésiter non plus à appeler l’ambulance "quand la personne ne réagit pas ou qu’elle a la peau froide et est pâle", ajoute Joséphine.

Autres gestes simples

Par contre, évitez de leur donner des médicaments, même pour un mal de tête car on ne connaît ni ses antécédents médicaux de cette personne ni ce qu’elle a déjà pris avant.

Pour le reste, vous pouvez bien évidemment leur proposer de la soupe ou du cacao chaud et leur donner de la nourriture.

Donner de son temps

Joséphine rappelle également que pour les personnes qui ont envie de donner un peu plus de leur temps, "les bénévoles sont tous les bienvenus dans les différentes structures existantes" pour une aide soit ponctuelle soit plus régulière. "N’hésitez à contacter les différentes associations ! Je pense que plus on est autour des personnes, mieux c’est", conclut-elle.

 

Froid et crise sanitaire : émergence de nouveaux précaires (JT du 08/02/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK