Natalité : la Belgique est en plein "baby-bug"

Vous ne connaissez pas le mot "baby-bug" et c’est bien normal. Ce néologisme est tout droit sorti du dernier rapport du bureau du plan sur les perspectives démographiques 2019-2070 en Belgique. Pas besoin d’être un grand linguiste pour comprendre que, du côté des naissances, ce n’est pas vraiment la fête chez nous.

Parmi les causes, la crise de 2008

Depuis 10 ans, le taux de fécondité ne cesse de diminuer. En 2008, une femme avait en moyenne 1,8 enfant. Aujourd’hui, une femme n’a "plus" que 1,6 enfant en moyenne. Pour cette baisse de la fécondité, les experts pointent la crise financière 2008. La chute a en effet commencé juste après celle-ci. Ainsi, l’insécurité en matière d’emploi, la difficulté d’accès à la propriété, les loyers élevés contribuaient à retarder les projets d’enfants de certains (jusqu’à ce que la situation financière et matérielle de la personne soit meilleure). Cette baisse de fécondité se concentre surtout chez les femmes de moins de 30 ans, sans enfant.

Les experts perplexes

En toute logique, la fécondité aurait dû repartir à la hausse avec la fin de la crise et la reprise économique. Et pourtant, ce n’a pas été le cas en Belgique. De quoi laisser les experts plutôt perplexes. Aujourd’hui, par manque de recul, ils ne parviennent pas vraiment à expliquer ce phénomène. Est-ce lié aux questions climatiques qui pousseraient les gens à faire moins d’enfants ? Est-ce dû à l’hyperconnectivité qui rend plus visible les difficultés du monde et... qui pousse les gens à faire moins d'enfants? Ces questions restent ouvertes. Mais une chose est sûre, la natalité n’a toujours pas grimpé.

Amélioration possible à venir

Cela dit, tout n’est pas perdu. Dans les prochaines années, les spécialistes s’attendent tout de même à une légère hausse des naissances. Il s’agit en fait d’un effet de rattrapage. Si depuis plusieurs années les jeunes femmes retardent le moment où elles donneront naissance (à cause de la crise, mais aussi parce qu’elles étudient plus qu’avant ou travaillent plus qu’avant), ce moment devrait bien arriver un jour, ce qui pourrait selon les projections porter le taux de fécondité à 1,7 enfant par femme dès 2030.

Au-delà de ce rattrapage, les démographes pointent aussi un effet possible de l’amélioration de l’égalité homme femme, qui, grâce à un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, pourrait soutenir la natalité. C’est le cas aussi de l’évolution des techniques d’aide à la procréation.

Mais les experts restent prudents. Comme ils n’arrivent pas tout à fait à expliquer pourquoi la natalité n’a pas repris après la crise, ils ne s’avancent pas trop non plus sur une hausse future de la fécondité. C’est plutôt logique.

De plus en plus de personnes âgées

S’il y a moins de bébés, il y a par contre de plus en plus de personnes âgées en Belgique et l’augmentation des 67 ans et plus va se poursuivre à l’avenir. Aujourd’hui, 17% de la population a l’âge de la retraite, cela représente près d’une personne sur six. Dans 50 ans, en 2070, on sera à une personne sur quatre qui a au moins 67 printemps. La part d’actifs par rapport aux retraités diminuant, cela aura un impact certain en matière de finances (pour payer les pensions), de mobilité, logement, santé ou encore d’environnement. La natalité étant ce qu’elle est, elle ne permet pas d’équilibrer les choses. C’est finalement grâce à l’immigration que la Belgique voit son solde démographique rester positif. Chaque année, la Belgique voit arriver 20.000 nouveaux habitants, parmi lesquels bien sûr des jeunes et des actifs.

Si la tendance se poursuit, entre naissances, décès et immigration, en 2070, il y aura 12.719.189 habitants en Belgique, c’est près de 1, 2 million de plus qu’aujourd’hui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK