Naissance exceptionnelle de douze caïmans-nains à Tournai

Un des douze caïmans nains nés à Tournai
2 images
Un des douze caïmans nains nés à Tournai - © Guillaume Guilbert

Douze œufs ont éclos entre le 24 octobre et le 3 novembre au Mike's Reptipark de Tournai. Ce spécialiste en reptiles accueille un couple de caïmans nains de Cuvier depuis deux ans et demi. Ces cousins des crocodiles viennent de Guyane et mesurent entre 110 et 130 centimètres une fois adultes. Les naissances sont exceptionnelles, elles n'étaient jamais survenues auparavant en Belgique ou en France.

Mike Homerin n'en revient toujours pas. Quand il a lancé son commerce il y a huit ans, il rêvait de pouvoir faire se reproduire des caïmans, ses animaux préférés. Il y a trois mois et demi, il touche ce rêve du bout des doigts quand il découvre qu'une de ses deux femelles caïman est entrée en période de gestation. Dès qu'elle a pondu ses œufs, il les retire pour les mettre en incubateur afin de limiter les risques. Il a vécu les éclosions avec beaucoup d'émotion : "Je ne tenais plus en place. J'étais énervé, il fallait vite préparer l'installation pour prendre en charge les petits... Je me sentais comme quelqu'un qui venait de gagner au Lotto".

Un petit caïman inattendu

La naissance est d'autant plus exceptionnelle qu'un des petits caïmans ne ressemble pas aux autres. Contrairement à ses frères et sœurs très noirs, il est de couleur beaucoup plus claire, brun et beige. Mike Homerin a déjà eu quelques contacts avec des spécialistes américains et selon eux cette coloration serait d'origine génétique. Ce petit caïman de Cuvier pourrait même être le seul au monde de cette couleur.

Donnés à des parcs spécialisés

Le propriétaire compte bien le garder à Tournai, mais les onze autres nouveaux-nés quitteront la Belgique dans un mois. Deux d'entre eux seront offerts à la Ferme des Reptiles en Ariège, et beaucoup seront confiés à l'Alligator Bay, un parc spécialisé en crocodiliens près du Mont-Saint-Michel. Pour ce passionné, le but n'est pas de faire du profit, mais bien de relever un défi et de sauvegarder une espèce qui se raréfie.

Sarah Heinderyckx avec Guillaume Guilbert

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK