Musée juif: E.Di Rupo et des dirigeants européens rendent hommage aux victimes

Fusillade à Bruxelles - Un hommage sera rendu aux victimes le 2 juin à la Grande Synagogue de Bruxelles
Fusillade à Bruxelles - Un hommage sera rendu aux victimes le 2 juin à la Grande Synagogue de Bruxelles - © Belga

Le Premier ministre Elio Di Rupo, le président français François Hollande, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi et le président du Parlement européen Martin Schulz ont rendu hommage mardi devant le Musée juif de Belgique, à Bruxelles, aux quatre personnes qui y ont été abattues samedi. Un second hommage aura lieu lundi à 20h00 à la Grande Synagogue de l'Europe à Bruxelles, a indiqué mardi Philippe Markiewicz, président de la communauté israélite de la capitale. Le Musée ne rouvrira sans doute pas avant la semaine prochaine.

Devant un parterre de gerbes de fleurs et de bougies déposées par des anonymes depuis samedi, les dirigeants se sont entretenus avec des représentants de la communauté juive et le directeur du musée, Philippe Blondin. La ministre de la Justice en affaires courantes Annemie Turtelboom était également présente.

Debout côte à côte, avant l'arrivée de M. Schulz, MM. Hollande, Renzi et Di Rupo, ont ensuite écouté en silence un rabbin psalmodier une brève prière. Les quatre dirigeants sortaient d'une réunion du Parti socialiste européen (PSE), avant le sommet consacré aux suites à donner aux élections européennes, marquées par une poussée des europhobes et des extrêmes. Avant eux, le Grand Rabbin de Bruxelles Albert Guigui et Riccardo Pacifici, qui est à la tête de la communauté juive de Rome, s'étaient également recueillis devant le musée, où quatre personnes -un couple d'Israéliens, une bénévole française et un employé belge- ont été abattues samedi après-midi par un tueur.

Trois d'entre elles sont décédées et une autre, grièvement blessée, est toujours entre la vie et la mort. Le parquet fédéral, chargé du dossier, a qualifié lundi les faits de triple assassinat et de tentative d'assassinat terroristes.

Un musée non protégé

Le Musée juif de Belgique n'était pas protégé avant la fusillade. "Le directeur ne le souhaitait pas", explique M. Guigui. "Le musée devait être ouvert à tout le monde. C'est pourquoi c'était l'une des seules institutions juives ouvertes le jour du sabbat. Il est très regrettable que nous soyons apparemment obligés de prévoir une protection à présent."

Le Musée ne rouvrira pas ses portes dans les prochains jours, a indiqué mardi sa porte-parole Chouna Lomponda. Cela ne sera le cas qu'une fois qu'un certain nombre de conditions, liées notamment au soutien psychologique et à l'accompagnement du personnel, seront remplies et que les autorités judiciaires auront donné leur accord. Deux des victimes, une sexagénaire qui est décédée et un homme de 25 ans qui se trouve toujours entre la vie et la mort, étaient des collaborateurs de l'institution.

La direction du musée avait espéré pouvoir rouvrir les portes mardi mais cela ne sera pas le cas en raison de devoirs d'enquête que doit y mener le laboratoire de la police judiciaire fédérale. Le musée devra en outre attendre l'autorisation des autorités judiciaires. Il ne rouvrira donc probablement pas ses portes avant le début de la semaine prochaine, estime sa porte-parole.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK