Mort de Mawda: 7 mois plus tard, ses parents se confient

Sept mois jour pour jour après le décès de leur fille, les parents de Mawda attendent toujours leur régularisation. Ils ont accordé une interview à la RTBF.

C'était il y a 7 mois. Mawda, 2 ans, une fillette kurde d'Irak, était tuée par balle dans le cadre d'une course-poursuite avec la police. L'enquête est toujours en cours. La situation des parents et du frère de Mawda est toujours bloquée. "On est venu en Belgique pour avoir une vie meilleure. On a perdu notre fille. Et aujourd'hui, rien n'a bougé". Ce couple d'origine kurde confie aller de plus en plus mal, moralement. Malgré un soutien psychologique, ils vivent dans la peur. "Mon fils me serre la main quand il croise la police. Tout nous rappelle la mort de notre fille".

Soutien citoyen

La famille vit exclusivement grâce à la solidarité citoyenne. "Je ne pensais pas qu'on aurait autant de soutien de la population belge. Ils ont été là de A à Z. Ils sont toujours là. Je les remercierai toujours". Une situation touchante mais incompréhensible pour Mehdi Kassou, responsable de la Plateforme citoyenne. " On est face à un blocage politique qu'on ne comprend pas. C'est une procédure qui peut se régler rapidement". L'état ne fournit aucune aide à la famille.

Juste après la mort de Mawda, le premier ministre Charles Michel avait rencontré les parents. "On était super content de rencontrer le premier ministre. Il nous avait dit qu'il prenait notre dossier en main. Il nous avait promis que la situation irait vite. Après l'enterrement de notre fille, plus personne ne nous a contacté pour accélérer notre dossier". Du côté du cabinet du Premier ministre, on confirme une information: Charles Michel avait promis qu'aucune procédure d'expulsion ne serait enclenchée tant que l'enquête ne serait pas bouclée. Cette promesse a été tenue. Par contre, le porte-parole de Charles Michel dément tout engagement à faire avancer le dossier.

Une manifestation de soutien à la famille est prévue ce vendredi, à Bruxelles.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK