Monsieur anti-tabac pourfend dans un livre le lobby du secteur

Depuis quarante ans et une première étude au profit d'une association de consommateurs, Luk Joossens combat le tabac, sa publicité, sa consommation au travail et dans les lieux publics. Il conclut sa carrière à la fondation contre le cancer en publiant un livre: "la guerre du tabac en Belgique", aux éditions "la boîte à Pandore." Ce sociologue de formation, fils de cardiologue, n'a jamais craint l'industrie du tabac. A son domicile de Louvain, il a classé quelque quinze cents documents dans lesquels les industriels le cite, rarement en mots tendres. A l'occasion d'un congrès à Vienne, au début des années nonante, Luk Joossens a déjoué une tentative de corruption. Il a perdu des subsides européens et même un emploi il y a une douzaine d'années, dans ces cas, il le précise lui-même, sans preuve matérielle que c'était sous la pression de l'industrie du tabac, mais des indices concordaient.

Des données volontairement fausses

Pendant ces  quarante ans, tout d'abord pour une association de consommateurs aujourd'hui dissoute (le Crioc), ensuite à la fondation contre le cancer, Luk Joossens a analysé les méfaits du tabac et le lobbying du secteur auprès des décideurs politiques: "J'ai l'impression qu'on ne se base pas sur la science, mais sur des données et des rapports qui sont fabriqués par l'industrie et qui influencent malheureusement nos hommes politiques." Le sociologie cite une étude de l'impact économique du Grand Prix de F1 sur le circuit de Spa-Francorchamps: "elle prétendait que ce week-end là, un millier d'emplois était nécessaire dans la boulangerie de la zone. Aberrant! Cette étude publique du début du siècle était signée de proches de l'industrie du tabac. Elle a été avalisée comme tel par des parlementaires."

La courtoisie plutôt que l'interdiction

Des arrêtés royaux ont repris quasiment mot pour mot des textes suggérés par l'industrie, comme en 1993, avec un règlement sur les lieux de travail: "l'industrie est ravie que Madame Smet, à l'époque Ministre du travail, ait repris son texte, je détiens un document qui en atteste". La loi alors votée demandait simplement de la courtoisie aux travailleurs fumeurs vis-à-vis des non-fumeurs. L'interdiction de fumer au travail a été reportée de treize ans... Luk Joossens estime qu'il n'a pas mené ces combats en vain, notamment parce qu'en quarante ans, le nombre de fumeurs a diminué de moitié, pour en arriver aujourd'hui à une proportion d'un Belge sur cinq: "tant mieux si la publicité est interdite, dommage que cette mesure ne soit pas étendue aux points de vente. Et dommage encore que les débats politiques sur le paquet neutre soient au point mort depuis deux ans."

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir