Mgr Léonard: "Roger Vangheluwe a déjà été sévèrement puni"

André Joseph Léonard répond aux questions de Thomas Gadisseux
André Joseph Léonard répond aux questions de Thomas Gadisseux - © RTBF

Les propos tenus dans la presse par Roger Vangheluwe ont choqué. André Joseph Léonard a accordé cette semaine une longue interview à Thomas Gadisseux. L'interview se trouve en intégralité ci-contre. Pour l'archevêque, Roger Vangheluwe a déjà été sévèrement puni par sa démission.

L'ancien évêque de Bruges s'est livré à la chaîne flamande VT4 la semaine dernière. Une sortie qui a choqué. "Il n'aurait pas du parler", affirme André Joseph Léonard. "C'était malvenu de prendre la parole juste au moment où Rome lui demande de prendre un temps de pénitence". Sur la forme, le primat de Belgique se dit choqué par le ton employé par Roger Vangheluwe lors de l'interview. "Un ton détaché, de vacancier. C'était déplacé et choquant". 

Pour l'archevêque, Roger Vangheluwe a déjà subi la plus lourde des sanctions : sa démission. "Mis à la porte sans pouvoir faire ses adieux, c'est une mesure extrêmement grave", affirme-t-il. Faut-il pour autant le laisser tranquille ? Monseigneur Léonard rappelle le principe de prescription, un principe présent tant dans la législation civile que dans celle de l'Eglise. Il en appelle à ce que le Vatican respecte d'abord sa propre législation. Histoire de lui permettre de "changer de vie".  

Réduit à l'état laïc ? "Un choix possible, mais pas le seul"

Cela veut-il dire que le Vatican ne sanctionnera pas plus durement Roger Vangheluwe ? "Peut-être que si", glisse l'archevêque. "Le porte-parole du Vatican a laissé clairement entendre que le comportement de Roger Vangheluwe est un fait grave et que ça comptera dans la manière dont son cas sera traité par le Vatican". 

Certains évêques appellent à ce que Roger Vangheluwe soit réduit à l'état laïc. "Un choix possible, mais pas le seul", selon Monseigneur Léonard qui rappelle qu'"il deviendrait ainsi un électron libre sur lequel on ne peut plus exercer de contrôle". 

A. de Callataÿ

Regardez l'interview en intégralité ci-contre. 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir