Mons: le procès Hakimi-Pauwels s'installe au Lotto Mons Expo

Mons: le procès Hakimi-Pauwels s'installe au Lotto Mons Expo
7 images
Mons: le procès Hakimi-Pauwels s'installe au Lotto Mons Expo - © Tous droits réservés

Il en a fallu des préparatifs pour transformer le hall d'exposition en salle de tribunal! Plus de 1000 mètres carrés sont désormais aménagés pour accueillir les audiences du procès "Hakimi Pauwels", initialement prévues au tribunal correctionnel de Charleroi. 
"Enfin. Après 5 mois d'arrêt, ça reprend, tout doucement. C'est une chance, pour nous, d'accueillir le procès..." Hugo Schryers, l'exploitant du Lotto Mons Expo, est à la fois soulagé et un peu...surmené. Car c'est avec un procès de grand ampleur que l'activité redémarre dans son hall d'exposition. 

Les contraintes sanitaires, sécuritaires, techniques sont autant de défis à relever, en très peu de temps. Il a reçu des plans, très précis. "On sait exactement où tout doit être installé, quelles zones sont réservées aux avocats de la défense, aux parties civiles. Là, ce sera la presse, là les familles", nous montre-t-il. Sur l'estrade, la cour. Avec, derrière elle, un écran géant.

L'équipe de la société framerisoise "Accessoire" s'active pour le monter. Pour ces travailleurs aussi, un procès, c'est une première. Et ils s'en souviendront, car l'écran tout juste installé doit être remplacé par un plus petit. "Sinon les images seront projetées sur les membres de la Cour", nous explique-t-on. Pour cette société de la région, c'est aussi le "retour aux affaires" après des mois bien difficiles. L'événementiel a trinqué, avec les annulations en série. "Cela reprend, et cela donne du travail à 3 ou 4 personnes, c'est déjà ça. On est content", nous glisse l'un des techniciens.

Pendant ce temps, Christine-Laura Kouassi, porte-parole du SPF Justice, vérifie la distance qui sépare quelques chaises déjà installées. "Le mètre cinquante doit être respecté, à gauche, à droite, mais aussi devant et derrière. Nous avons aussi prévu du gel hydroalcoolique, et des plexis en cas de besoin". Comme dans les salles de spectacle, une "jauge" est prévue, pour le public. "Il y a 142 places assises", précise Bruno Lheureux, commissaire et nouveau directeur des opérations à la zone de police Mons Quévy. 

C'est lui et ses hommes qui devront assurer le contrôle, à l'entrée. "Nous nous attendons à devoir refuser du monde, car le procès est très médiatique. Il concerne aussi un grand nombre de prévenus". 32 prévenus exactement, dont 7 détenus, rappelle Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral. "C'est un procès important, où des faits de home invasion, de trafic de stupéfiants notamment vont être jugés. 32 prévenus, 32 cartons de dossiers. 3 ans d'enquête!"

Organiser ce procès, en temps normal, aurait déjà réclamé beaucoup d'énergie. "En matière de transfert des détenus, en matière de sécurisation générale...Mais à l'heure actuelle, les mesures covid compliquent encore les choses, bien évidemment!" Le SPF Justice a débloqué une enveloppe de 31000 euros pour organiser ce procès au sein du Lotto Mons Expo.

 

Le site n'était pas la première piste envisagée, pour "déménager" le tribunal. "La première piste était tenir le procès au stade de football de Mons", explique Maxime Pourtois, échevin montois en charge de la régie foncière (et président du Lotto Mons Expo). "On dispose d'une belle surface dans les loges VIP, 1000 mètres carré. Mais c'était beaucoup trop cloisonné. Ensuite, on a pensé au Centre de Congrès de Mons". Là, c'est au niveau de la configuration de l'atrium, que cela coinçait. "Les lieux n'étaient pas adaptés. Seul le hall des expositions semblait pouvoir répondre à toutes les contraintes", conclut l'échevin. Ce procès "hors norme" et "hors des murs" devrait durer une semaine.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK