Molenbeek: Salah Abdeslam vient d'être radié du registre de la population

Salah Abdeslam, radié des registres de la population.
Salah Abdeslam, radié des registres de la population. - © DSK - AFP

Ce lundi, le collège des bourgmestre et échevins de Molenbeek-Saint-Jean a officiellement radié Salah Abdeslam du registre de la population. Une décision tardive puisque le dossier de base avait été introduit dès la mise au jour de l'implication du jeune homme dans les attentats du 13 novembre à Paris. Reste que les fonctionnaires croulent sous les dossiers de radiations et que la commune, sous plan de redressement financier, ne peut engager du personnel supplémentaire. Résultat : un retard de six mois.

Salah Abdeslam, frère de Brahim Abdeslam l'un des kamikazes de Paris, a été arrêté à la mi-mars à Molenbeek peu avant les attentats de Bruxelles. Après un séjour à la prison de Bruges puis à celle de Beveren, il a été transféré en France, à la prison de Fleury-Merogis. Sa radicalisation n'a pas été détectée avant sa participation aux attentats de Paris. À l'inverse de son frère Brahim et de son ami d'enfance Abdelhamid Abaaoud, il est l'un des rares membres actifs du commando du 13 novembre à ne pas s'être rendu en Syrie. Quant à Mohamed Abrini, voisin des Abdeslam, son dossier de radiation a été bouclé par la police deux jours avant le 13 novembre.

Brahim Abdeslam radié... à son décès

Après la tragédie des terrasses et au Bataclan, la participation de Salah Abdeslam à l'entreprise terroriste ne faisait plus aucun doute. Impossible pour les autorités communales de Molenbeek-Saint-Jean de faire comme si... Autorités qui avaient déjà entrepris une démarche de radiation pour Brahim Abdeslam, laquelle n'a été officialisée qu'après la remise d'un avis de décès par la France. Il n'empêche : il faudra tout de même plus de six mois pour entériner celle de Salah Abdeslam.

À la commune, on assure qu'il fallait respecter scrupuleusement les procédures. Au moment de sa cavale après le 13 novembre, une visite au domicile de Salah Abdeslam a donc été entreprise, comme le prévoient les règles. "Nous ne voulons pas de dérives et se détacher de la loi, même s'il s'agit d'un terroriste", explique-t-on au sein de l'administration.

Radiations à la chaîne

Aujourd'hui, un renfort policier venu du fédéral semble permettre à Molenbeek de rattraper son retard en matière de visites domiciliaires et de radiations. Celles-ci s'enchaînent - sans que l'on sache combien précisément - depuis que le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) et la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) ont exprimé leur souhait de pouvoir contrôler qui habite véritablement sur le territoire communal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK