Moins de permis de bâtir en Belgique en 2019: à cause du prix des terrains?

Pour construire du résidentiel neuf, une base évidente : il faut un terrain. Or, dans un pays déjà fort urbanisé, les terrains à construire sont plus rares… et plus chers.

En vingt ans, les tarifs ont augmenté, jusqu’à dix fois le tarif, la partie achat du terrain passe d’un quart à quelquefois la moitié du budget global.

"La difficulté est de pouvoir financer l’ensemble du projet constructif avec des terrains qui sont hors de prix, explique Bernard Struys, conseiller construction de l’entreprise Paquet. Par exemple, sur le terrain, vous avez les frais de notaires sur lesquels il y a la TVA. Ça augmente l’apport financier en liquidités qu’une personne de 30 ans n’a pas nécessairement."


►►► À lire aussi : Bientôt une carte interactive pour savoir combien pourrait se vendre votre maison ou appartement ?


Les permis de bâtir du neuf concernent de plus en plus les appartements, moins les maisons unifamiliales. Il y a aussi des raisons démographiques et sociologiques. "On constate qu’il y a de plus en plus d’isolés, qui n’ont pas les mêmes besoins et capacités qu’une famille avec deux ou trois enfants, précise Jean-Pierre Liebaert, directeur des services d’études de la confédération de la construction. Il y a aussi un retour vers les villes, où il y a plus d’appartements."

Et qui dit plus d’appartements neufs que de maisons unifamiliales induit l’introduction d’un seul permis de bâtir pour plusieurs logements.

Reportage de notre 19h30 de ce lundi:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK