Mobilisation en Roumanie contre des mines d'or et le gaz de schiste

Une mine d'or en Afrique du Sud
Une mine d'or en Afrique du Sud - © MUJAHID SAFODIEN - IMAGEGLOBE

Près de 20 000 Roumains ont défilé dimanche pour demander au gouvernement le retrait pur et simple d'un projet de loi ouvrant la voie à un gigantesque projet canadien de mine d'or dans un village de Transylvanie. Dans le même temps, près de 300 personnes ont manifesté dimanche contre les gaz de schiste dans le village roumain de Gagesti (nord-est) où la firme américaine Chevron veut débuter des forages d'exploration, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Des forêts, pas du cyanure", "un avenir sans cyanure", clamaient des banderoles arborées par les manifestants à Bucarest en référence aux milliers de tonnes de cette substance nécessaires au projet.

La compagnie canadienne Gabriel Resources, à travers sa filiale Rosia Montana Gold Corporation, souhaite ouvrir la plus grande mine d'or à ciel ouvert d'Europe dans le village de Rosia Montana. La mine menace des galeries minières romaines uniques, selon des archéologues.

Un projet de loi du gouvernement adopté fin août et facilitant entre autres les expropriations pour l'exploitation minière a suscité des manifestations importantes depuis 15 jours.

"Il est très dangereux de voir une loi créée spécialement pour les intérêts d'une compagnie privée", a estimé Sorin Jurca un habitant de Rosia Montana venu protester à Bucarest.

Environ 10 000 personnes, en majorité des jeunes et des familles, ont défilé durant plusieurs heures dans le centre de la capitale roumaine.

A Cluj, grande ville de Transylvanie, les manifestants étaient de 6000 à 7000, selon la gendarmerie, 10 000, selon les organisateurs.

Environ 850 personnes ont manifesté à Brasov (centre), de 850 à 1.000 à Iasi (nord-est), 300 à Oradea (nord-ouest), 300 à Timisoara (ouest), 200 à Craiova (sud) et plusieurs centaines à Sibiu (centre) selon des chiffres de la gendarmerie et de correspondants de l'AFP.

La mobilisation de la jeunesse roumaine depuis 15 jours est sans précédent depuis les années 1990, selon les analystes qui la comparent aux mouvements de contestation qui ont eu lieu ces derniers mois en Bulgarie, en Bosnie ou en Slovénie.

Protestations contre un projet de Chevron de gaz de schiste

Dans le même temps, à Gagesti, les manifestants ont crié des slogans contre le géant énergétique Chevron qui a commencé les travaux préliminaires à l'exploration.

Chevron a obtenu en juillet des permis d'exploration des gaz de schiste dans trois villages de cette région du nord-est de la Roumanie avec à terme l'ambition de développer l'extraction par fracturation hydraulique ou "fracking".

Cette méthode, utilisée aux Etats-Unis mais interdite en France en raison des risques pour l'environnement, consiste à injecter à très haute pression de l'eau mêlée à du sable et des produits chimiques pour libérer le gaz de la roche.

Les défenseurs de l'environnement mettent en garde contre des risques de pollution des nappes phréatiques.

"L'eau est à la terre ce que le sang est à l'homme. Que se passera-t-il si nous polluons cette eau? Nous empoisonnerons la terre et tout ce qui vit dessus y compris les hommes", a déclaré un des manifestants, Emil Petcu, assistant social de 43 ans dans un foyer pour personnes âgées.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK