"Missing Type": la campagne de la Croix-Rouge pour récolter du sang avant les vacances

La Croix-rouge entame sa campagne "Missing Type" qui invite différents acteurs à faire disparaître les lettres A, O et B des paysages urbains et numériques. Le but: sensibiliser de nouveaux donneurs de sang. Car en Belgique, explique Sylvie Van Simaey, porte-parole de la Croix-Rouge. Cette quête demeure, "un combat permanent". Et plus encore à la veille des vacances.

La campagne vise non seulement à recruter des nouveaux donneurs, mais également à mettre à l’honneur les donneurs réguliers "Car il faut 150 000 poches pour la Wallonie, et un demi-million de poches par an pour la Belgique ".

Une poche peut sauver trois vies

Sylvie Van Simaey précise que chaque poche peut sauver trois vies. "Il faut savoir que tous les traitements chimiothérapiques ne seront jamais sans transfusion. Les maladies hématologiques peuvent consommer jusqu’à cinq poches par mois, donc c’est un besoin énorme. Lors d'une grossesse qui se passe mal, une hémorragie pendant l’accouchement peut consommer jusqu’à 40 poches par cas. Et en ce qui concerne des greffes ou des opérations cardiaques, on peut aller de 40 à 50 poches transfusées par opération."

Dans la pratique, chaque donneur donne une poche. Les donneurs réguliers donnent une poche tous les trois mois. Et de ces poches seront extraits le sang, les plaquettes et le plasma. Le plasma va notamment servir dans le traitement des grands brûlés ou à la conception des vaccins.

Une lutte contre le temps

Mais une poche de sang a aussi une date de validité, précise Sylvie Van Simaey : "Les poches de sang, c’est 42 jours. Par contre, pour les plaquettes, c’est cinq jours. Et nous en avons besoin toutes les semaines. Et là c’est un délai vraiment très court". La question se pose souvent à la veille de l’été, lorsqu’il faudrait pouvoir compter sur un stock d’environ 5000 poches pour couvrir la période estivale. "C’est une période compliquée, puisque les donneurs sont en vacances, et qu’à leur retour , il y aura des contre-indications liées à des départs dans des destinations tropicales, par exemple. Dès ce moment, ce sont des donneurs qui ne pourront pas venir nous voir durant parfois six mois."  La liste rouge des pays non sûre est remise à jour continuellement, mais la règle est stricte: "s’il y a des risques, on n’en prendra aucun pour le receveur." La même sécurité est respectée pour les contre-indications au don de sang. 

O- : le donneur universel

On l’a appris à l’école, mais on l’a sans doute un peu oublié, le sang O négatif, est dit "donneur universel". En revanche, il ne peut recevoir que du O négatif. Ce qui rend ce type de donneur très recherché.

Dans les écoles pour sensibiliser les jeunes

Sylvie Van Simaey,met l’accent sur l’importance des jeunes donneurs : "On sensibilise dans les universités et les écoles effectivement. Les jeunes donnent tant qu’ils le peuvent. Après, il y a les voyages et la mise en place de la vie familiale et de la vie professionnelle qui parfois contrarient un peu l’acte, mais ces donneurs reviennent. Ce sont des gens qui sont convaincus de l’utilité de leur acte".

La peur de l’aiguille

Chez ceux qui ne donnent pas leur sang, il peut y avoir la phobie de l’aiguille, mais aussi un manque d’information.  "Sinon il ne doit pas y avoir tant d’excuses que ça puisqu’on organise, malgré tout, beaucoup de collectes. On a 3000 plages horaires de collectes par an, ce qui est énorme. Cela veut dire qu’il y a toujours une collecte près de chez soi. Chacun peut en prendre connaissance sur notre site donneurdesang.be."

La fin de la limite d’âge de 70 ans

Un changement non négligeable est que la limite de don de sang de 70 ans vient d’être abolie. Sylvie Van Simaey explique que si "la ministre de la Santé  (Maggie De Block) a décidé d’abolir la limite d’âge, c’est  parce qu’elle est convaincue qu’il n’y a pas de risques à cet âge-là. Du moins à partir du moment où il y a effectivement un bon entretien médical et que le donneur est en pleine forme et en bonne santé."

Missing Type: une semaine

Cette campagne de promotion du don du sang " Missing Type " commence ce lundi  et durera toute la semaine. Nous verrons donc disparaître les lettres A, O et B chez plus d’une centaine de 100 partenaires de la Croix-Rouge. Il sera difficile de passer à côté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK