Mise en garde des autorités françaises contre le "slime": gare à l'acide borique!

Le slime, c'est cette pâte gluante que l'on trouve dans le commerce ou qu'on peut confectionner soi-même, qui est à la mode chez les enfants. Apparue dans les années '70, elle a connu son heure de gloire en 1984 avec le film "Ghosbusters : Sos Fantômes", d’où son nom est tiré (du fantôme "Slimer")

De couleur fluo, très malléable, un peu "dégueu", elle a fait son grand retour en grâce en 2017 avec des vidéos et tutos pour la fabriquer soi-même postées par des jeunes Youtubeurs.

Le hic, c'est que ces préparations "maison" peuvent se révéler très irritantes et provoquer démangeaisons et allergies. Test-Achats avait d'ailleurs lancé en mai un avertissement contre les risques aussi bien des pâtes confectionnées chez soi que d'autres revendues dans le commerce.

Et ce, principalement à cause de deux ingrédients: 

  • Les colles à papier liquides : mélangées à l’eau, elles constituent parfois l’ingrédient principal des recettes. Or, celles-ci contiennent des conservateurs libérant des substances allergisantes pour la peau et des solvants irritants les voies respiratoires et les yeux, voire toxiques pour le système nerveux central.
  • Encore une fois, l’acide borique et ses dérivés: c’est le composant permettant de rendre la pâte élastique. On en retrouve certes dans différents produits courants (lessives, solutions de lavage oculaires) mais leur usage détourné et les quantités plus importantes utilisées dans le slime rendent celui-ci potentiellement toxiques en cas de manipulations répétées ou prolongées, en particulier, par des enfants. 

Ici, c'est la France qui lance un nouvel avertissement à l'approche de Noël, à cause du nombre d'incidents recensés: dans un communiqué commun, la Direction générale de la santé, la Direction de la concurrence (DGCCRF) et l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) "appellent à rester vigilants" au vu des contrôles effectués : sur 44 produits prélevés en 2018, 14 contenaient une teneur en bore supérieure à la limite autorisée et ont été retirés du marché.

Dans un rapport, l'Agence de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (Anses) souligne que le nombre de cas signalés aux Centres antipoison a déjà doublé sur les cinq premiers mois de 2018 par rapport à l'année précédente: atteintes de la peau et des ongles, brûlures, rougeurs, eczéma, démangeaisons à la suite de manipulations de la pâte.

Les autorités sanitaires attirent en particulier l'attention sur les préparations "maison" de cette pâte, et l'utilisation des produits cités ci-dessus.

En Belgique, on veille simplement à ce que la concentration en acide boriques des produits commercialisés ne dépasse pas 5,5%. Et que son utilisation soit évitée dans les préparations "maison": l'acide borique est vendu en pharmacie, mais est normalement réservé à l'usage médical et/ou vétérinaire...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK