Microsoft immerge un data center près d'un archipel écossais

Ce centre de données de Microsoft consiste en un cylindre blanc de 12,2 mètres de long, contenant 864 serveurs - assez pour stocker cinq millions de films - et qui peut rester sous l'eau jusqu'à cinq ans
Ce centre de données de Microsoft consiste en un cylindre blanc de 12,2 mètres de long, contenant 864 serveurs - assez pour stocker cinq millions de films - et qui peut rester sous l'eau jusqu'à cinq ans - © AFP

Microsoft a immergé un centre de données près de l'archipel des Orcades dans le nord de l'Écosse, un projet visant à économiser l'énergie utilisée habituellement pour refroidir les serveurs, a expliqué mercredi la firme.

Ce centre de données consiste en un cylindre blanc de 12,2 mètres de long, contenant 864 serveurs, assez pour stocker cinq millions de films, et qui peut rester sous l'eau jusqu'à cinq ans. Il a été construit en France par le groupe de construction navale Naval, puis conduit aux Orcades, un archipel d'environ 70 îles.

L'installation de ce nouveau centre constitue une "étape majeure" pour Microsoft, a commenté l'entreprise sur son site Internet. "Plus de la moitié de la population mondiale vit à moins de 120 miles (193 kilomètres) d'une côte", a expliqué Microsoft sur son site Internet. "En installant des centres de données dans l'eau à proximité de villes côtières, les données n'ont qu'une courte distance à parcourir pour atteindre les communautés côtières", a ajouté l'entreprise.

Points positifs et négatifs à l'installation des ordinateurs

La mer permet de refroidir rapidement et facilement les serveurs informatiques. C'est également beaucoup plus rapide de déployer un centre de données en mer que de le construire sur la terre ferme où des questions juridiques se posent.

Côté négatif, les ordinateurs placés à bord du centre de données immergé ne peuvent pas être réparés. Ce centre de données est également très petit comparé aux entrepôts géants habituellement utilisés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK