Michel Wittock, bibliophile et fondateur de la bibliothèque Wittockiana, est mort

Le Musée de la Reliure de Woluwe-Saint-Pierre a perdu son créateur. Michel Wittock, ancien industriel devenu bibliophile passionné, est décédé ce lundi à l’âge de 84 ans. La bibliothèque Wittockiana n’était pas seulement l’œuvre de sa vie, mais aussi son refuge, comme l’écrit son ami Jean-Luc Outers : "Il m’était arrivé de lui demander où était sa véritable maison : celle de la rue Jules De Trooz, où il vivait avec sa femme, ou la Wittockiana, distante de quelques centaines de mètres ? Il allait à pied de l’une à l’autre, faisant le trajet quatre fois par jour comme une promenade de santé."

Héritier d’une entreprise textile familiale, Michel Wittock avait amassé plus de 3000 livres dans sa bibliothèque, dont le bâtiment conçu par l’architecte Emmanuel De Callataÿ avait ouvert ses portes en 1983 à Woluwe-Saint-Pierre. En 2010, la Fédération Wallonie-Bruxelles l’avait reconnu comme Musée de la Reliure et des Arts du livre.


►►► À lire aussi : Coronavirus en France : le musée du Louvre et la mode à Paris redémarrent, mais l’affluence est pour plus tard


Entre ses murs, on trouve des exemplaires inestimables, datant du XVIe siècle à nos jours, en passant, bien sûr, par l’Art Nouveau et l’Art Déco. "Ma collection se veut être le reflet de cinq siècles d’art, d’histoire et de culture, tout en mettant l’accent sur l’évolution du décor à travers les différents mouvements esthétiques dont l’impact fut déterminant sur les arts décoratifs en Europe occidentale", estimait l’homme qui avait commencé sa collection à seulement 10 ans.

2 images
Une reliure Art Nouveau de 1808, œuvre de Paul Claesens et Henry Vande Velde. © Coll. Fondation Roi Baudouin / Bibliotheca Wittockiana

Consciencieux, Michel Wittock, qui disait aussi collectionner "les enfants et les petits-enfants" avait prévu sa succession. "Mes cinq enfants respectent ce que j’ai fait, mais aucun d’entre eux ne partage ma passion au point de vouloir reprendre le flambeau, avait-il noté. Il y avait donc un risque que ma collection soit démantelée après ma mort". Alors il y a dix ans, le collectionneur avait fait don de 80% de ses pièces à la Fondation Roi Baudouin.

Les livres et les reliures resteront d’ailleurs dans le bâtiment actuel, à commencer par une édition originale infiniment précieuse de la célèbre Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Les visiteurs pourront d’ailleurs à nouveau la voir, puisque la Bibliothèque a rouvert le 20 mai dernier. Pendant le confinement, le musée s’était mobilisé pour garder le contact avec le public, grâce à une captation 3D d’expositions et de présentations sur YouTube.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK