Michel Serres: "Non, ce n'était pas mieux avant: j'y étais !"

Pour le philosophe Michel Serres, Nous vivons un moment exceptionnel dans l’histoire. "La différence entre le monde où nous vivons et celui d’aujourd’hui est spectaculaire. 70 ans de paix, ça n’est jamais arrivé. L’homme qui vit 80 ans en moyenne, ça n’est jamais arrivé. Les paysans qui ne représentent plus que 3% l’humanité, ça n’est jamais arrivé. On est devant des coupures gigantesques. Si j’exagère un peu, on peut dire que c’est la fin du néolithique".

Michel Serres veut jeter le regard le plus lucide possible sur le monde dans lequel nous vivons. "Non, ce n’étais pas mieux avant, je peux en témoigner. Avant, nous étions gouvernés par Hitler, Mussolini ou Franco : rien que de braves gens… Nous avons aussi vécu la guerre mondiale avec 45 millions de morts". Et il se moque gentiment des grands-papas ronchons, comme il les appelle.

Inventer de nouvelles appartenances

Michel Serres le concède : l’arrivée des nouvelles technologies amène une certaine solitude. "L’individu a été inventé il y a 2000 ans. Depuis, tous les projets visaient à lui procurer plus d’autonomie. Eh bien, on y a réussi ! Quand il n’y avait pas d’individu, on se définissait par des appartenances (paroisse commune ...). Ces appartenances ont disparu peu à peu. Le défi, c’est maintenant d’en inventer de nouvelles ? Et c’est en train de se faire. Prenez l’exemple de la monnaie : le bitcoin cohabite avec des monnaies locales".

Michel Serres s’interroge par ailleurs sur la manière d’exercer le pouvoir. Et pour lui, il y en a trois : "Régner, comme le font les rois et les tyrans. Gouverner, c'est-à-dire diriger comme on dirige un bateau. Et gérer. Aujourd’hui on ne fait plus que gérer à travers des bilans. On n’a plus d’idée où on va. Je veux qu’on revienne au gouvernail. Il faut pour cela une philosophie de l’histoire".

Retrouvez l'interview de Michel Serres par Eddy Caekelberghs dans Au bout du jour, une rencontre autour de son dernier essai " C’était mieux avant ! "paru aux éditions Le Pommier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK