Michel Draguet : Internet est le triomphe de Magritte

RTBF
RTBF - © RTBF

Dans n'importe quel moteur de recherche, la requête "Magritte" génère des milliers d'images, ce n'est pas fait pour encourager les internautes à se déplacer au musée.

Et ce constat n'aurait pas déplu à René Magritte s'il était encore en vie. Il n'avait pas beaucoup d'intérêt pour "l'œuvre unique vendue à un riche collectionneur", déclare Michel Draguet, au contraire, il ne visait que la diffusion de ses images poétiques. Et quand Magritte visitait lui-même un musée - du moins un de ceux qui acceptaient la présence de son chien ! - il ne s'intéressait qu'aux cartes postales parce que pour ce pionnier du Mail Art, elles  pouvaient également servir de support de diffusion des images poétiques.  Néanmoins, voir un "Empire des Lumières" en vrai est quand même autre chose que de le voir en affiche ou en carte postale..
Parmi les images présentes dans le nouveau Musée, il y aura beaucoup de « clichés » : les pommes, les grelots, les roches, les nuages,  les chapeaux melons, ..  Ce sont des images interchangeables, répétitives, qui devaient être présentes pour l'inauguration du Musée. Mais une période a plus particulièrement touché le directeur du Musée c'est celle du Surréalisme en plein soleil, vers 1943-45. Pendant cette période,  Magritte développe une peinture qui va influencer la génération des peintres de Cobra, chers à Michel Draguet.
Pour se réclamer de Fantômas et de la littérature d'aventure de Nick Carter, Magritte était-il un homme sérieux ?  Oui, pour Michel Draguet, parce qu'"il ne faut pas prendre Fantômas à la légère, il pourrait se venger !". Mais loin des préoccupations intellectuelles des Surréalistes Français, René Magritte puise son inspiration dans la culture populaire, c'est ce qui fait son originalité, et qui explique sans doute son succès à travers les années.

(F. Brumagne)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK