"Mes chiens, ce sont mes enfants!"

Depuis le vol de ses neuf chihuahuas, Philippe Ponthir a créé une ASBL à Huy. Sa bataille: peser sur la reconnaissance d'un statut animal et d'une sensibilité. "En fait actuellement, si on vous vole un animal de compagnie, c'est exactement comme si on vous volait un objet quelconque" déplore-t-il.

Quand le marketing s'en mêle

Bijoux, colliers, parfums, poussettes, vêtements, jouets, rien n'est laissé au hasard. Et cela a un coût. Morgane explique : "On va dire que ça représente plus de la moitié de mon salaire, en frais, en entretien, en bonbons, en jouets, etc." Et il ajoute : "Elles dorment avec moi, elles mangent avec moi, elles viennent faire du shopping avec moi, elles vont chez le coiffeur avec moi, tout, je fais tout avec elles".

Une surprotection qui n'est pas sans risque

Joëlle Hofmans est vétérinaire comportementaliste et, pour elle, certains comportements ne sont pas sans risques: "Lorsque le chien a une pathologie comportementale liée à l'attachement, ces chiens sont littéralement incapables de vivre sans leur propriétaire".

Quant aux accessoires, elle les considèrent ni plus ni moins comme une forme de maltraitance.

Une crèche comme pour les enfants

A Braine-l’Alleud, une crèche pouvant accueillir entre 25 et 40 chiens vient de voir le jour.

Si Reka Lainé, gérante du parc canin et comportementaliste, a utilisé le mot "crèche", elle ne veut certainement pas les considérer comme des bébés. "Cela reste des chiens avec leur instinct et la vie en meute, c'est très important pour moi".

Un chien reste un animal qu'il convient de traiter avec amour mais surtout avec respect. En voulant le surcouver, il est possible de lui faire du mal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK