Mercure dentaire: les citoyens européens tirent la sonnette d'alarme

Mercure dentaire: les citoyens européens tirent la sonnette d'alarme
Mercure dentaire: les citoyens européens tirent la sonnette d'alarme - © PHILIPPE HUGUEN - BELGAIMAGE

De plus en plus de voix s’élèvent contre les plombages dentaires contenant du mercure. Si les dangers de la substance sont reconnus par de nombreux spécialistes, les citoyens européens, eux, ne veulent pas en rester là et le font savoir à la consultation populaire lancée en octobre 2014 par la Commission européenne. Le résultat est sans appel : 85% se déclarent en faveur de la suppression des amalgames dentaires.

C’est la première source d’exposition et d’imprégnation des Européens au mercure : l’amalgame dentaire – plus communément appelé le plombage- représente un quart de la production de mercure en Europe. Des chiffres qui font froid dans le dos. Et la Commission européenne l’a bien compris, après avoir adopté en octobre 2013 la Convention de Minamata sur le mercure. Celle-ci représentait un pas de géant dans l’avancement pour la lutte contre les plombages. Il s’agit en effet de la première règlementation internationale sur une substance spécifique, ce qui confirme l’extrême préoccupation actuelle vis-à-vis du mercure.

Les résultats de la consultation populaire lancée par la Commission Européenne en octobre dernier abondent dans ce sens: pas moins de 85% des citoyens se sont exprimés pour la suppression des amalgames dentaires.

Une des dix substances les plus préoccupantes au monde, selon l'OMS

Et pour Geoffrey Begon, membre de l’Alliance pour une dentisterie sans mercure, les arguments en défaveur des plombages sont légion: "D’abord parce que le mercure est extrêmement toxique, mais aussi parce qu’il est néfaste pour toutes les doses administrées. Même une petite quantité de mercure présente dans le corps est donc dangereuse pour l’organisme", explique-t-il sur La Première.

Une fois que le mercure est présent dans la dent, il est "bio persistant". Autrement dit: le produit aura des conséquences éternelles. "Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé, ndlr) l’ait classé parmi les 10 substances les plus préoccupantes au monde", précise Geoffrey Begon. Avant d’enchaîner: "Le mercure attaque tout dans le corps : les reins, le fœtus dans le cas des femmes enceintes,...On s’y oppose donc logiquement".

La résine blanche tarde à s'imposer définitivement

L’alternative au plombage, ce sont les petites résines blanches, que l’on appelle aussi "composites". Mais la variante a du plomb dans l’aile. Si ses mérites sont notoires, le composite tarde encore à s’imposer dans certains pays européens: "C’est très variable d’un pays à l’autre. La France, par exemple, reste très mauvais élève, puisque les plombages y sont encore utilisés abondamment. A contrario, la Suède a banni les amalgames au mercure depuis 2009", révèle Geoffrey Begon. En Belgique, comme dans la majorité des pays d'Europe, l'utilisation du plombage a fortement diminué, sans pour autant que le gouvernement en interdise l'usage.

L’argument majeur évoqué par les opposants à la résine blanche est sa longévité, jugée insuffisante: "En réalité, cela dépend beaucoup de la façon dont sont posés ces composites", rétorque Geoffrey Begon. Et de préciser: "Des dentistes bien formés arrivent à poser des composites qui durent aussi longtemps que les amalgames."

A cet élément sur la durabilité, les partisans du plombage ajoutent un problème d’érosion dans le chef des résines blanches. "Il peut en effet y avoir un problème d’érosion ", atteste Geoffrey Begon. "Mais ce n’est pas spécialement une mauvaise chose", précise-t-il. "Le plombage, lui, ne s’érode pas, mais il peut s’étendre pour finir par casser la dent. Des caries peuvent même renaître sous la matière."

Si plus rien ne semble justifier l’usage des amalgames dentaires, les institutions doivent encore se prononcer clairement sur la question. Reste à savoir si les résultats de la consultation populaire entreront en ligne de compte.

Noé Spies

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK