Menacée d'une amende parce qu'elle allaitait en public : que dit la loi en Belgique ?

La police fédérale a ouvert une enquête disciplinaire à l’égard d’un policier qui a menacé d’infliger une amende à une Brugeoise pour avoir allaité dans sa voiture en stationnement, rapportent plusieurs médias jeudi.

Dans un long message sur Facebook le 27 novembre dernier, Nefera Mavambu explique qu’elle se trouvait dans sa voiture, à l’arrêt, sur la Baron De Maerelaan à Bruges. Il faisait chaud ce jour-là, aux alentours de 30°. Son fils a faim, elle commence à lui donner le sein. C’est alors qu’arrive un policier qui lui demande de "ne pas faire ça ici" au motif qu’elle se trouve "dans l’espace public" et que son geste relève de l’atteinte à la pudeur. Il menace alors de la verbaliser. La maman décidera de quitter aussitôt les lieux "en citoyenne obéissante", dit-elle.

La scène a été filmée par une amie de la jeune femme. Cette dernière a été entendue au commissariat où on lui a affirmé qu’une sanction contre ce policier allait suivre. Mais "trois mois après les faits, [elle] n’a toujours pas de nouvelles". "Je dois admettre que ça fait mal", ajoute-t-elle.


►►► À lire aussi : Des "consultantes en lactation" pour encourager l’allaitement maternel


 

Allaitez où vous voudrez

La police fédérale prend l’incident au sérieux. "Il n’est pas question d’atteinte à la pudeur ici. Au contraire, c’était l’une des choses les plus naturelles du monde", a déclaré un porte-parole de la police cité par l’agence Belga.

Et en effet, ce n’est pas une infraction d’allaiter, que ce soit dans un lieu public ou sur son lieu de travail. Dans ce dernier cas, la loi prévoit d’ailleurs que tout employeur doit mettre à disposition de son personnel un espace d’allaitement. Celui-ci doit être "être discret, bien aéré, bien éclairé, propre et convenablement chauffé", peut-on lire sur le site internet de l’Office National de la Naissance et de l’Enfance (ONE). "La travailleuse qui allaite et/ou qui tire son lait a droit à une ou deux pauses d’une demi-heure selon la durée de ses prestations journalières", précise la même source.

Ne cachez pas ce sein

En 2017, Bianca Debaets, alors secrétaire d’Etat à la région Bruxelloise chargée du Bien-être et de la Santé, lançait la campagne "allaitement bienvenu" pour faciliter la vie des mamans qui hésitent à donner le sein dans un lieu public. A l’époque, elle proposait la création d’un autocollant pour les établissements Horeca bruxellois indiquant que les mères y sont bienvenues pour allaiter leur enfant.

Un an plus tard, une vingtaine d’établissements bruxellois avaient suivi le mouvement. La liste n’a cessé de s’allonger depuis, comme on peut le voir sur le site breastfriends.brussels.

Le groupe Ecolo à la Chambre voudrait aller plus loin et dépose sur la table une proposition de loi. Comme l'expliquait Sarah Schlitz dans les journaux de Sudpresse, l'idée serait que "toute personne qui se manifesterait contre cette pratique ou qui empêcherait une mère d’allaiter son bébé en public pourrait être sanctionnée pour discrimination, subir une amende voire une peine de prison allant jusqu'à un an".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK