Menace terroriste: les frères Saouti maintenus en détention

Ils peuvent interjeter appel
Ils peuvent interjeter appel - © THIERRY ROGE - BELGA

La chambre du conseil de Bruxelles a confirmé, jeudi, la prolongation de la détention préventive de Khalid Saouti et de Akim Saouti pour une période d'un mois, annonce le parquet fédéral.

Tous les deux avaient été arrêtés le 5 juillet dernier par un juge d'instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme du chef de participation aux activités d'un groupe terroriste.

S'ils interjettent appel de cette décision, ils comparaîtront devant la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles dans les quinze jours, précise le parquet fédéral.

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, les enquêteurs français et belges ont mené une vague de perquisitions à Anderlecht. Celles-ci ont abouti à l'arrestation de trois suspects, dont les Belges Akim et Khalid Saouti, soupçonnés de préparer un attentat. Les policiers ont mis la main entre autres sur un arsenal d'armes ainsi que des uniformes de la police et de la protection civile.

Les deux frères avaient été récemment repérés par la cellule anti-terrorisme de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Les deux hommes semblaient radicalisés et l'enquête aurait déterminé qu'ils planifiaient un attentat avec d'autres suspects.

Akim et Khalid Saouti sont par ailleurs les frères de Saïd Saouti, le fondateur des Kamikaze Riders, un club de motards dont plusieurs membres ont eu des liens avec le groupuscule islamiste Sharia4Belgium via une famille de combattants en Syrie originaire de Vilvorde.

L'enquête qui a conduit à l'arrestation d'Akim et Khalid Saouti aurait débuté grâce à une information des services de renseignements américains transmise à leurs collègues français. Il s'agissait vraisemblablement d'une information concernant Salah Ghemit (42), un homme au lourd passé criminel et suspecté d'être radicalisé, qui a été arrêté le même jour que Khalid et Akim Saouti.

Il semblerait d'après l'enquête que Ghemit et les frères Saouti auraient entretenu des contacts téléphoniques réguliers durant les dernières semaines et se seraient vus au moins une fois en région bruxelloise. Les enquêteurs disposaient d'images de vidéosurveillance sur lesquelles on pouvait voir Ghemit et Akim Saouti visiter un box de garage où ont notamment été trouvées des armes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir