Menace terroriste: "Le danger peut venir d'individus isolés en état de désespérance"

Deux personnes ont été interpellées ce mardi, et placées sous mandat d'arrêt pour participation à un groupe terroriste et de menace d’attentat. Saïd Souati et Mohamed Karay font partie du club de motards les Kamikazes Riders et pratiquaient l'airsoft ball, ce jeu où l'on joue à la guerre avec des répliques d'armes envoyant des billes de 6mm de diamètre.

Ces gens sont à la limite d'une vie hors des règles

Si le nom du groupe de motards peut faire naître des soupçons, André Jacob, ancien responsable du service anti-terrorisme de la Sûreté de l'État, rappelle sur le plateau du JT de 13h qu'il faut "se focaliser sur ces deux personnes et pas sur le ou les groupes de motards en général. Je ne pense pas qu'il faut viser ce club de motards ou les clubs de motards. Il faut chercher des gens qui sont en état de désespérance et qui peuvent se radicaliser par les moyens classiques."

"L'islamologue Alain Grignard les nomme des 'voyous islamisés', ajoute-t-il. Ces gens sont à la limite d'une vie hors des règles. Parmi ces gens, qui sont des gens d'origine maghrébine, il y en a certains qui se radicalisent, qui ont des contacts avec la Syrie et qui peuvent devenir des terroristes potentiels."

Il n'y a plus besoin d'une structure qui gère et planifie l'attentat

Le danger peut donc venir d'individus isolés, qui ne dépendent pas d'un important groupe structuré. "On se retrouve devant des gens qui ne sont pas dirigés depuis la Syrie, explique l'ex-patron du service anti-terrorisme, mais qui ont un objectif général de faire un attentat, de faire le plus de dégâts possible. Cela rend encore plus difficile leur neutralisation, mais aussi sur comment savoir à quel stade ils sont au moment du passage à l'acte."

Peut-on en arriver à un stade où n'importe qui pourrait passer à l'acte et se revendiquer de l'EI? C'est une vision apocalyptique mais en partie réelle, tempère André Jacob. Il n'y a plus besoin d'une structure qui gère et planifie l'attentat. Il suffit que des gens ici aient suffisamment de degré de radicalisation et de contacts avec la Syrie pour commettre ces attentats. Et après ces faits seront revendiqués par Daesh en Syrie."

Le but c'est de combattre le terrorisme, pas de s'accuser l'un l'autre.

Revenant sur cette information du journal Le Monde selon laquelle les attentats de Paris ont été coordonné à distance depuis la Belgique, M. Jacob déclare que "c'est un raccourci d'accabler systématiquement Molenbeek et la Belgique. C'est un peu stupide de se renvoyer la balle entre la France et la Belgique. Le but c'est de combattre le terrorisme, pas de s'accuser l'un l'autre."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK