Médicaments cancérigènes: deux autres laboratoires chinois épinglés

Deux laboratoires chinois ont annoncé qu'une molécule soignant l'hypertension, qu'ils exportaient vers Taïwan, contenait des impuretés potentiellement cancérigènes
Deux laboratoires chinois ont annoncé qu'une molécule soignant l'hypertension, qu'ils exportaient vers Taïwan, contenait des impuretés potentiellement cancérigènes - © MIGUEL MEDINA

Deux laboratoires chinois ont annoncé qu'une molécule soignant l'hypertension, qu'ils exportaient vers Taïwan, contenait des impuretés potentiellement cancérigènes, peu après le rappel mondial par une autre firme pharmaceutique chinoise de cette même molécule, mise en cause en Europe et aux Etats-Unis.

Rundu Pharma et Tianyu Pharm ont indiqué l'un après l'autre que des lots de valsartan, une molécule qu'ils produisent, contenaient des traces de N-nitrosodiméthylamine (NDMA), substance considérée comme probablement cancérogène en cas d'usage prolongé.

Le valsartan est une substance active utilisée en cas d'insuffisance cardiaque, d'hypertension artérielle et après un infarctus cardiaque récent.

Tianyu, qui a communiqué lundi sur le sujet, a assuré que les lots problématiques avaient été interceptés avant la distribution à des patients taïwanais. Rundu Pharma, qui avait divulgué l'information dès vendredi, a pour sa part assuré que ses produits déjà écoulés sur l'île faisaient l'objet d'un rappel.

Les titres des deux groupes se sont effondrés de 10% lundi à la Bourse de Shenzhen, la baisse quotidienne maximale autorisée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK