Mariages, enterrements, fêtes privées : combien d'invités autorisés à partir du 1er juillet ?

Le secteur des organisateurs de mariages craignent des faillites.
Le secteur des organisateurs de mariages craignent des faillites. - © MIGUEL MEDINA - AFP

Les célébrations religieuse sont à nouveau autorisées depuis le 8 juin, mais avec un maximum de 100 personnes. Tout comme les mariages et les enterrements.

Comme c'était prévu, le nombre de personnes autorisées dans le lieu de culte augmentera à 200 maximum au mois de juillet. 

L'ennui, c'est que presque toutes les fêtes de mariage en juillet et août ont déjà été annulées. Il faut dire que le précédent Conseil national de sécurité avait décidé d’autoriser les banquets à partir du 1er juillet… mais avec un maximum de 50 personnes. Un nombre confirmé en réponse à une question lors de la conférence de presse du Centre national de sécurité. "Et ce, dans les respect des règles imposées à l'Horeca" a insisté Sophie Wilmès.

Et surtout, les soirées dansantes restent interdites. "On est conscient que ça aura un tout autre goût" a concédé la Première. "Mais ça permet de "marier", si je peux me permettre l'expression, les demandes d'un côté et la situation sanitaire de l'autre". 

Depuis l'annonce de ces restrictions, presque tous les couples qui n’avaient pas encore annulé leur mariage pendant les mois d’été avaient décidé d’abandonner : un peu moins de 5% des célébrations restent programmées.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK