Marches pour le climat: à Bristol, Greta Thunberg appelle les jeunes à "agir" et à "faire pression pour un changement"

La jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg le 28 février 2020 à Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre
3 images
La jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg le 28 février 2020 à Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre - © GEOFF CADDICK

"L’activisme marche, alors je vous demande d’agir": la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg a appelé les jeunes Britanniques à se mobiliser, lors d’une marche pour le climat vendredi à Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre. "Rien n’est fait pour endiguer la crise" climatique, a dénoncé Greta Thunberg, 17 ans. "Mais je ne vais pas garder le silence alors que le monde brûle".

Des milliers de personnes (20.000 selon la police, près de 30.000 selon les organisateurs) ont bravé la pluie pour participer à la Marche des jeunes pour le climat, dont le départ avait lieu devant l’université College Green. Propulsée porte-parole d’une génération hantée par la crise climatique depuis qu’elle a commencé à faire la "grève de l’école" devant le Parlement suédois en août 2018, l’adolescente a appelé ses semblables à "être patients": "Si suffisamment de personnes font pression pour un changement, alors celui-ci viendra".

"L’activisme marche, alors je vous demande d’agir", a-t-elle asséné, prenant en exemple l’aéroport de Bristol, dont le projet d’agrandissement a été rejeté début février par les autorités locales.

Préoccupé par l’impact environnemental, le Conseil de North Somerset avait pris cette décision après plusieurs jours de mobilisation de la part de défenseurs de l’environnement. Jeudi, la justice britannique a aussi donné raison aux écologistes opposés à la construction d’une troisième piste à l’aéroport londonien d’Heathrow, le plus fréquenté d’Europe, estimant que ce projet d’extension n’était pas assez respectueux de l’environnement.

"Nous ne nous tairons pas. Nous sommes le changement et le changement va avoir lieu, que vous l’aimiez ou non", a mis en garde la jeune activiste, accusant "ceux au pouvoir" d’avoir "trahi" les citoyens.

Traduction: "Nous ne nous tairons pas. Car nous sommes le changement. Et le changement arrive, que vous le vouliez ou non. Merci et allons marcher!"

A la Commission la semaine prochaine 

La jeune activiste pour le climat Greta Thunberg sera reçue mercredi matin par l'ensemble de la Commission européenne qui se penchera ce jour-là sur la première législation climatique de l'UE, a indiqué vendredi une porte-parole de l'exécutif. La Suédoise de 17 ans débattra ensuite avec les eurodéputés.

La présidente de la Commission Ursula von der Leyen avait annoncé début décembre, à l'occasion de la COP25 à Madrid, que l'exécutif proposerait en mars la toute première loi européenne sur le climat, destinée à "rendre irréversible la transition vers la neutralité climatique" en 2050.

 

Ce texte doit notamment prévoir d'étendre les échanges de quotas d'émission à tous les secteurs concernés, de fournir une énergie propre, sûre et à un prix abordable, de renforcer l'économie circulaire et de définir une stratégie "du producteur au consommateur", de même qu'une stratégie en matière de biodiversité.

Mme Von der Leyen a invité Greta Thunberg à participer à un échange de vues mercredi matin avec elle et ses commissaires. Dans l'après-midi, la jeune activiste sera reçue au Parlement européen par son président David Sassoli, avant de participer à un débat avec les députés de la commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire sur la législation et les objectifs de l'UE en matière de climat.

La figure de proue du mouvement des jeunes pour le climat sera à nouveau présente à Bruxelles le vendredi 6 mars dans le cadre d'une grève européenne pour le climat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK