Marc Coudron, président de la Fédération de hockey: "La pire des choses serait de se projeter déjà en finale"

Ce vendredi sur le coup de 20h30 à Wilrijk, l'équipe nationale belge de hockey (les Red Lions), entame le championnat d'Europe. L'équipe belge, championne du monde en titre et 2e au classement mondial, débute la compétition face à l'Espagne, 9e au classement de la fédération internationale. Interrogé sur La Première, Marc Coudron président de la Fédération belge de hockey, refuse d'annoncer des ambitions de médailles : "Je préfère qu'on se focalise d'abord sur les premiers matchs. La pire des choses serait de se projeter déjà en finale. Il y a des étapes très importantes à passer. Nous sommes les favoris mais il y aura du pain sur la planche avant d'arriver en finale".

"Nous sommes ravis d'avoir de très bons sponsors depuis plusieurs années: c'est important pour l'évolution du hockey. Nos stakeholders (le COIB, l'Adeps et Sport Vlaanderen) participent également à l'évolution du hockey". Marc Coudron se dit "persuadé" qu'avec la visibilité acquise notamment lors du retour de l'équipe de la coupe du monde, c'était "très rentable" pour les sponsors : "l'accueil chez le Roi et la Grand place noir-jaune-rouge de monde, c'était tout à fait exceptionnel".

Terrains et stade national

Avec l'augmentation du nombre d'affiliés, le manque de terrains disponibles est criant : "Un terrain coûte entre 500.000 et 800.000 euros, c'est un gros budget. Si on l'entretient bien, on peut l'utiliser pendant 12 à 15 ans", poursuit-il.

Si les joueurs de l'équipe nationale sont des professionnels, en hockey ce n'est pas comme en football ou en basket, précise Marc Coudron : "Les champions du monde touchent de la fédération entre 1200 et 2000 euros bruts par mois. Ils ont aussi des contrats dans des clubs, mais les montants ne sont pas beaucoup plus élevés".

La Fédération belge de hockey aimerait avoir un stade national à Bruxelles : "Il y a des pistes du côté de Neo (sur le site du club de tennis du Primerose), soit du côté d'Uccle. J'aimerais bien que cela avance encore plus vite. Il y a des projets qui avance bien du côté de Wavre ou de Wilrijk. C'est sûr que cela prend du temps. Ce qu'il faut c'est que l'on ait un stade d'environ 5000 places, qui soit beau, fonctionnel, avec des tribunes couvertes".

Suivre le match de ce vendredi :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK