Manifestation pro-climat: revivez la première soirée de mobilisation

« Et 1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité », ont scandé les quelque 300 personnes issues de plusieurs organisations comme Greenpeace et Act For Climate Justice présentes au centre de Bruxelles. Ils ont entamé une action contre le blocage de la Loi Climat, ce dimanche soir vers 18 heures. Installés devant le Parlement, rue de la Loi à Bruxelles, 150 personnes y ont passé la nuit.  

Parmi les personnes présentes figurent Anuna De Wever, animatrice du mouvement Youth for climate en Belgique, et le réalisateur Bouli Lanners.

La problématique climatique s’est invitée dans les débats politiques depuis plusieurs mois. La mobilisation en faveur d’une loi sur le climat en Belgique a été portée essentiellement par les jeunes de tout le pays. Mais mardi, la commission Révision de la Constitution de la Chambre a décidé qu’il ne serait pas statué, sous cette législature, sur la possible révision de l’article 7bis de la Constitution, soit la voie la plus rapide pour rendre possible la Loi Climat.

Le collectif a lancé un appel aux citoyens. Dès 18 heures, heure officielle du début de l'événement, ils étaient déjà sont déjà plusieurs centaines sur place. Plusieurs personnalités se sont jointes à l’action. Parmi elles : Bouli Lanners, Aruna De Wever, Jérôme Colin ou encore Adélaïde Charlier.

L’action, initiée par un collectif regroupant plusieurs associations, a débuté sur le son des tambours. Objectif : faire pression sur les parlementaires pour qu’ils adoptent mardi prochain en commission, la révision de l’article 7Bis de la Constitution. " La seule façon de faire passer la Loi-climat ", , estime le collectif citoyen Tam-Tam. Cette loi spéciale fixe des objectifs climatiques contraignants mais le texte  déposé par le PS et Ecolo a été balayé par la majorité à la Chambre.


►►► À lire aussiPlus de la moitié des Belges estiment qu'il faut une loi climat contraignante


Le MR s’est d’ores et déjà prononcé contre une telle révision qui ouvrirait la porte craignent-ils à des enjeux communautaires. Ils privilégient un accord négocié entre Régions et niveau fédéral. Accord qui n’a pratiquement aucune chance d’aboutir estime Tam-Tam. Une occasion historique qui, si elle est manquée reportera l’adoption d’une loi climat, au mieux en 2024.

Revivez l'ambiance de la manifestation dans le direct de l'édition du JT de 19h30:

Peu avant 20 heures, plusieurs initiateurs du mouvement ont pris la parole. Ils ont indiqués que leur projet de passer la nuit dans le parc Royal ne serait pas envisageable et que des négociations étaient en cours afin de trouver un endroit où "se replier". Les autorités seraient soucieuses de trouver un endroit où ils pourraient faire entendre leurs revendications hors de la zone neutre.

Certains manifestants étaient enchaînés dans des blocs de béton ainsi que dans des tonneaux mais l'ambiance de la manifestation restait bon enfant. Les participants ont crié les habituels slogans des marches pour le climat et certains se sont même mis à danser.

"On nous offre de bouger de 100 mètres", a déclaré l"un des organisateurs de la manifestation vers 20h20. "On quitte la zone neutre mais on reste rue de la Loi", a-t-il ajouté. Voici les conclusions des négociations des activistes de la société civile qui manifestent en faveur de la loi climat ce dimanche. 

Ils ont ensuite appelé les participants à se déplacer de quelques mètres dans le calme, sous forme de cortège.

C'est dans une calme que les plusieurs centaines de manifestants ont transité entre le pan de la rue de la loi qui se trouve juste devant le Parlement fédéral et une portion en dehors de la zone neutre. Seuls la musique et les chants rythmaient le cortège qui s'est mis en branle en accord avec les forces de l'ordre.

Ils se sont ensuite postés sur la zone concédées par la police tandis que les forces de l'ordre ont mis en place le dispositif destiné à empêcher quiconque de réintégrer la zone neutre.

Un accord a été passé avec la police pour que les manifestants restent sur place durant la nuit. Plus tôt dans la soirée, on a d'ailleurs pu voir une tente montée devant le Parlement, avant que les manifestants ne soient forcés de lever le camp pour transiter 100 mètres plus loin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK