Mamans célibataires : courage et créativité pour s'en sortir seules

Ninon se bat tous les jours pour offrir une vie agréable à son fils Noah
2 images
Ninon se bat tous les jours pour offrir une vie agréable à son fils Noah - © Sarah Heinderyckx

Elles s'appellent Ninon, Ségolène et Bajla. Toutes ont moins de 30 ans, sont célibataires et ont un enfant à charge. Comme de nombreuses familles monoparentales aujourd'hui, elles doivent faire face à de nombreuses difficultés. Budget serré, solitude, manque de temps pour soi, etc. Toutes font preuve de courage et de créativité pour s'en sortir. Au programme : débrouille, soutien familial, entraide voire même colocation.

40% des contributions alimentaires mal payées

D'après une enquête de la Ligue des Familles,  près d'une famille sur quatre est monoparentale en Belgique. Des familles dont le taux de risque de pauvreté est beaucoup plus élevé que les autres. Il faut dire que plus de 40 % des contributions alimentaires sont mal payées ou même jamais versées.

Une contribution alimentaire qui n'est pas payée, c'est un ticket vers la pauvreté

"Une contribution alimentaire qui n'est pas payée, c'est un ticket vers la pauvreté", explique Delphine Chabbert, directrice politique de la Ligue des Familles, "aujourd'hui, ce sont des femmes qui dans une immense majorité des cas sont en difficulté. L'urgence, c'est de garantir le paiement de ces contributions. En Belgique, on en est encore à l'âge de pierre. Aucune garantie n'existe".

Permettre aux mamans de travailler

Les mamans célibataires travaillent souvent moins que les mamans en couple. Pour la Ligue des Familles, il faut aussi pouvoir leur permettre de travailler, et pour cela améliorer l'offre et le prix des solutions d'accueil. Enfin, il faudrait permettre aux parents célibataires vivant en collocation par exemple, de toucher des allocations de chômage comme une personne isolée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK