Malines: un couple condamné à deux et quatre ans de prison pour maltraitance sur ses enfants

Le palais de justice de Malines
Le palais de justice de Malines - © JASPER JACOBS - BELGA

Un couple originaire de Lier, en province d'Anvers, a été reconnu coupable jeudi de maltraitance sur ses deux enfants par le tribunal de Malines. La fille aînée, âgée d'un an et demi, était sous-alimentée et délaissée émotionnellement, tandis que le bébé de deux mois présentait une fracture du crâne. Le père a écopé de quatre ans de prison et la mère a été condamnée à deux ans d'emprisonnement avec sursis parce qu'elle ne s'est pas interposée. Les deux parents étaient absents au moment du procès. Une détention immédiate a été prononcée pour le père.

Le père a avoué être brutal avec ses enfants après avoir dû présenter sa cadette à l'hôpital pour une double fracture du crâne. La fille aînée était pour sa part sous-alimentée et apathique.

L'homme jetait par exemple sans ménagement le nourrisson sur la table à langer. À une occasion, la tête de l'enfant a ainsi cogné le mur. D'autres anciennes blessures ont été constatées sur le corps du bébé. La mère a tourné en dérision les accusations de maltraitance.

Les deux parents comparaissaient pour privation de nourriture et de soins envers leurs deux enfants. La mère était également poursuivie pour négligence coupable. Le parquet requérait contre elle deux ans de prison, que le tribunal a assortis d'un sursis.

Le père faisait également face aux charges de coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail, puisque la plus jeune en gardera une séquelle au cerveau. Le ministère public avait requis trois ans d'emprisonnement à son encontre mais le juge a estimé qu'une peine de quatre ans d'emprisonnement était plus indiquée. Le tribunal a en outre prononcé une détention immédiate car il suspecte le père de vouloir se soustraire à sa peine.

Les parents ne semblent pas se rendre compte de la gravité de leurs actes, a encore souligné le tribunal. Un tuteur ad hoc a en outre demandé un dédommagement de 2.500 euros pour chacune des petites filles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK