Mali: l'Unesco appelle à agir pour sauver les manuscrits de Tombouctou

"Les informations selon lesquelles les rebelles auraient pris le contrôle de l'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba de Tombouctou ainsi que d'autres institutions culturelles sont très inquiétantes", a déclaré Irina Bokova dans un communiqué.

"Ces centres abritent des documents anciens, écrits ou recopiés localement, acquis au Maghreb et en Afrique subsaharienne ou envoyés par des pèlerins des pays musulmans éloignés. Beaucoup datent de l'âge d'or de Tombouctou, entre le XIIe et le XVe siècle. Ils traitent de sujets variés allant de la théologie aux mathématiques, en passant par la médecine, l'astronomie, la musique", ajoute-t-elle.

La directrice générale appelle les pays frontaliers à prendre des mesures pour empêcher le trafic de "ces trésors de l'humanité tout entière", dont la perte serait "gravissime".

Des documents inestimables

Fondé à Tombouctou en 1973, le Cedrab, dénommé ensuite Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abrite entre 60 et 100.000 manuscrits, selon le ministère malien de la Culture.

Selon des témoignages, des islamistes du mouvement armé Ansar Dine, appuyés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sont rentrés dans le centre de documentation jeudi et en sont ressortis avec des sachets de documents.

Tombouctou, grand centre intellectuel de l'islam et ancienne cité marchande prospère des caravanes, surnommée "la perle du désert", est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK