Malbouffe: pourquoi est-on toujours tenté? Et comment résister?

Chips, bonbons, biscuits, plats préparés, sodas, pâte à tartiner...

Ce sont des plaisirs gourmands qu'on adore détester et qu'on déteste adorer. On sait qu'ils ne sont pas très bons pour notre santé et pourtant, on craque souvent, peut-être même un peu trop. Ils sont gras ou sucrés, ils n'apportent pas grand chose, si ce n'est du plaisir. Un plaisir directement dirigé par notre cerveau.

"Le gras et le sucre, ça va créer une stimulation de la dopamine, un neurotransmetteur important qui provoque du plaisir. Une fois qu'on a goûté à ce plaisir, on a besoin d'y revenir. Lorsque très jeune, on a commencé à manger très gras et très sucré, même si ce n'est pas bien pour le cerveau, le poids et le diabète, on va avoir besoin de retrouver ce besoin, cette stimulation. Un peu comme la cigarette", commente le Docteur Olivier Coudron, médecin-nutritionniste.

Les stratégies industrielles

Et les industriels ont bien compris que nous prenons du plaisir à grignoter ces aliments gras et sucrés. Alors ils font tout pour nous tenter, nous faire craquer. "On va travailler les aspects marketing, comment on va positionner le produit, comment on va le présenter. on va aussi apporter des touches de marketing sensoriel. on va travailler la couleur, la relation physique avec le produit, les odeurs, les goûts, etc", explique Alexandra Balikdjian, psychologue, spécialiste du comportement des consommateurs.

Un produit "doudou"

Les occasions de manger gras et sucrés sont nombreuses: par manque de temps, parce qu'on a eu une mauvaise journée, parce que notre chéri(e) nous a quitté(e). Ces moments nous poussent à nous tourner vers ces aliments. "Ils nous racontent, ils ont une signification émotionnelle. Notre maman nous emmenait manger un fast-food le mercredi après-midi. Sans doute qu'à un moment où on se sentira un peu moins bien, où on a envie d'être réconforté, ce fast-food, ce ne sera pas simplement manger un hamburger, ce sera un produit 'doudou'", raconte la psychologue.

2 images
Malbouffe: pourquoi est-on toujours tenté? Et comment résister? © ANDREJ ISAKOVIC - AFP

Un produit doudou dont il ne faut quand même pas trop abuser. En grandes quantités, la malbouffe peut provoquer cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète, obésité et même dépression. Ça en fait la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. Chez nous, la malbouffe semble très ancrée puisque, selon une étude britannique, la Belgique est le troisième pays au monde où on mange le moins sainement.

Comment résister?

Il n'y a pas de recette miracle. C'est à chacun de se mettre ses limites. "Il faut de la motivation. Il y a la motivation psychologique. Il faut un entretien avec des professionnels de la santé, des médecins, des pharmaciens, des diététiciens formés aux conseils alimentaires pour individuellement apporter les leviers qui correspondent à chaque personne. Et puis corriger aussi les points faibles, les déséquilibres sous-jacents qui font qu'on a parfois envie de manger. Exemple avec le trouble de la sérotonine, un neurotransmetteur du cerveau qui nous rend calme, zen. Si on manque de cette molécule dans le cerveau, on a besoin de manger du sucre ou de boire de l'alcool dans l'après-midi. Si on n'a pas corrigé ce déséquilibre, la personne y reviendra", insiste le médecin-nutritionniste.

Mais il ne faut jamais oublier que les industriels peuvent faire ce qu'ils veulent et mettre les couleurs qu'ils veulent, ce sera toujours le consommateur qui aura le dernier mot.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK