Malade pendant les examens : l'étudiant peut-il demander un report ?

Au stress des examens s'ajoute parfois le stress d'un imprévu en pleine session. Meggie s'en souvient bien.

"On a refusé de reporter mes examens"

En mai dernier, cette étudiante de 1ère année en pédagogie se fracture la clavicule. Impossible de lever son bras. Autrement dit, impossible d'écrire et de passer ses examens.

"J'ai été opérée d'urgence. J'ai reçu un certificat médical pour toute la session. J'ai donc demandé à passer mes examens fin juin ou début juillet. Mais cela a été refusé. J'ai finalement dû passer les 13 examens en août. Evidemment, je n'ai pas tout réussi". 

Meggie a raté son année. A cause de sa fracture, elle n'a eu qu'une chance de réussite au lieu de deux"C'est un peu injuste!" commentent ses camarades.

Quelles sont les règles? 

Le problème, c'est qu'il est loin d'être évident, administrativement, de réorganiser des examens. 

De plus, il n'y a pas de règles claires concernant le report d'examens pour cause de maladie. Comme le précisent nos confrères de La Libre, le décret Paysage n'aborde pas la problématique.  "Il faut s'en référer au règlement des études" explique Anne Verbeke, directrice du département social à la Haute Ecole Condorcet, à Marcinelle. "Le règlement prévoit la réorganisation d'un examen au cours de la même session en cas de force majeur. Ce cas de force majeur est évalué par la direction" détaille-t-elle. 

Autrement dit, cela se fait au cas par cas. 

"Si c'est en début de session, cela laisse plus de possibilités pour organiser un nouvel examen. En fin de session par contre, c'est beaucoup plus compliqué. On doit parfois refuser pour des questions d'organisation"

Vu l'absence d'uniformité des règles, certains étudiants peuvent parfois percevoir des injustices. "C'est à la tête du client!" lance une étudiante.

"Cela ajoute un stress supplémentaire. On est déjà pas bien, mais en plus, ça augmente le risque de rater" ajoute sa camarade. "Moi, c'est bien simple, je ne me sens pas informée. Du coup, même si je suis très malade, je préfère encore passer mon examen quand même!" renchérit une étudiante en communication. 

Un casse-tête pour les profs

Si le report d'examens au sein d'une même session est si compliqué, c'est surtout parce qu'il représente un casse-tête pour les professeurs. "On doit refaire un questionnaire complètement différent, avec des questions du même niveau de difficulté. Intellectuellement, cela prend du temps" explique Virginie Caron, professeure de psychologie.  

"Malheureusement, ça m'est déjà arrivé de devoir dire 'non' car je n'avais pas le temps d'organiser un nouveau questionnaire avant la fin de la session, vu le nombre d'examens oraux"

Cas exceptionnel : l'ouverture de session

Malgré ces difficultés, certains établissements tentent au maximum de permettre le report en prenant en compte la situation personnelle de l'étudiant. C'est le cas de la Haute Ecole Condorcet. 

"Nous avons par exemple eu le cas d'un élève qui a perdu sa maman pendant les examens. Il a alors pu introduire une demande d'ouverture de session. 2 mois plus tard, nous avons ouvert une session spécialement pour lui, pendant les cours, et il a réussi" explique Anne Verbeke, directrice du département social. 

Au cas par cas

Chaque université, chaque haute école, chaque faculté et même chaque professeur a donc sa propre politique.

L'avantage ? L'adaptation à la situation personnelle de l'élève.

Le revers de la médaille? Les étudiants ne sont pas tous logés à la même enseigne face à la maladie. Certains établissements ou professeurs sont plus tolérants que d'autres...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK