Maison de retraite: bientôt un signe extérieur de richesse?

Public ou privé: le choix du home est une question de prix.
Public ou privé: le choix du home est une question de prix. - © VALERY HACHE - BELGAIMAGE

Tout le monde ne peut pas s’offrir l’accès à une maison de retraite. Il faut compter 1250 euros par mois - en moyenne – en fonction des services demandés. Mais cela peut grimper très rapidement. Dans le privé, les prix explosent, tandis que les maisons de repos qui dépendent d’un CPAS sont saturées. Les grands groupes commerciaux construisent de nouveaux complexes et rachètent les plus petites structures réputées pour être moins chères.

Le Senior's Flatel n'est pas une maison de repos bon marché. Les tarifs de base varient entre 1700 et 1900 euros par mois. Les personnes âgées qui viennent ici ont souvent eu une belle carrière professionnelle ou ont pu investir pour assurer leurs vieux jours. C’est le cas de Walter qui affiche 90 printemps. Les tarifs ne lui semblent pas excessifs : "Cela se justifie par les services rendus. On fait mon lit et il règne une certaine considération pour la personne que je suis."

Eliane, elle, a 88 ans. Elle était d’abord enseignante avant de devenir directrice d’école. Elle estime aujourd’hui avoir une belle pension. Mais une pension tout juste suffisante pour payer les 2200 euros qu’elle paye par mois dans cette maison de repos. "Au-delà, ma pension ne suffit pas à couvrir ma vie actuelle. On ne vit pas cloîtrée. Si je sors avec l’organisation du home, les excursions ont un prix."

Eliane et Walter s’en sortent plutôt bien. Mais à côté de cas comme ceux-ci, de nombreuses personnes ayant des pensions minimum vont chercher des places dans le secteur public. Un secteur où les listes d’attente ne cessent de s’allonger chaque année.

Miguel Allo

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK