Maggie De Block répond à lettre ouverte "des hôpitaux bruxellois qui tirent la sonnette d'alarme"

D’une seule voix, les hôpitaux publics et privés bruxellois du réseau non-confessionnel, à savoir les hôpitaux Baron Lambert, Etterbeek-Ixelles, Molière-Longchamp, Joseph Bracops, le CHU Brugmann, le CHU Saint-Pierre, l’hôpital des enfants (HUDERF), l’Institut Jules Bordet, et l’hôpital Erasme le crient haut et fort, et à l’unisson : la situation actuelle n’est pas tenable et ils rédigeaient mercredi une lettre ouverte à la ministre Maggie De Block.

"La recherche d’une solution efficiente et rapide à la pénurie des masques est essentielle. Les initiatives des autorités ne sont cependant – et c’est peu de le dire – pas couronnées de succèsIl n’est plus à l’heure pour la Ministre De Block et le SPF, de demander constamment aux hôpitaux de remplir des formulaires de toutes sortes avec des chiffres qui, de toute façon, se périment complètement en quelques heures et qui sont donc inutiles s’ils ne sont pas traités immédiatement. Il n’est plus l’heure, pour la Ministre De Block et le SPF, de restreindre les distributions des stocks que nous savons encore disponibles en matériel de protection et de médicaments dans le pays – les fameux " stocks stratégiques " – dans l’attente d’une catastrophe. Faut-il menacer les autorités de fermeture de nos hôpitaux pour obtenir le matériel et les médicaments indispensables à la poursuite de nos activités ?" écrivaient les hôpitaux bruxellois.

La situation EST REELLEMENT dramatique. Maintenant

Ce jeudi la Minsitre leur répond, "La protection des professionnels de la santé dans l’exercice de leur métier figure parmi nos préoccupations. C’est essentiel et j’en profite pour à nouveau saluer leur travail exceptionnel. Nous sommes conscients que la situation sur le terrain est parfois difficile. Nous entendons et tenons compte de leurs préoccupations, tout comme celles de nos concitoyens".

Situation de crise

"La question de l’approvisionnement et de la disponibilité des dispositifs médicaux est cruciale, qu’il s’agisse de masques, d’autres types d’équipement de protection individuelle médicale, des respirateurs, des médicaments,.. Nous le savons"explique la ministre.

Nous agissons

"Nous avons créé une taskforce, gérée par Philippe De Backer, qui travaille sans relâche sur la gestion et le réapprovisionnement des stocks. Le gouvernement fédéral soutient au maximum les hôpitaux et les régions en centralisant les commandes. Ensuite, ces commandes seront réparties selon une clé de répartition déterminée par le Risk Management Group. Bien sûr, les régions et les différents hôpitaux ont également leur cheminement habituel d’achat et des livraisons faites dans le passé doivent encore être livrées".

Mais j’aimerais aussi souligner que la problématique de la disponibilité des dispositifs médicaux est internationale et non propre à la Belgique.

"Tous les pays sont confrontés aux mêmes problèmes. Mais ces obstacles n’affaiblissent pas notre détermination. Ces derniers jours, nous avons reçu des millions de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et du matériel de test. Et ces quantités augmenteront encore dans les jours à venir".

Maggie De Block insiste, comme l’a dit mon collègue Philippe De Backer : "On comble les manques petit à petit. La semaine dernière, on a effectué pas mal de commandes et reçu des livraisons. Nous avons également désigné une équipe professionnelle d’achat. L’ensemble du processus d’achat est un effort commun de tous les services publics, des ministres compétents dans les gouvernements régionaux et de l’ensemble du gouvernement fédéral. Nous assurons la direction du processus d’achat sur base des besoins qui nous sont communiqués en permanence par les professionnels de santé et les hôpitaux. Tous ensemble, nous vous assurons que nous faisons notre maximum pour approvisionner tout le monde au mieux".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK