Madrid, précurseur européen de la lutte contre le manspreading

Le manspreading, cette attitude typiquement masculine qui consiste à écarter les jambes de telle sorte à occuper un espace supérieur à celui définit par le siège, et importuner ses voisins sans s'en soucier.
Le manspreading, cette attitude typiquement masculine qui consiste à écarter les jambes de telle sorte à occuper un espace supérieur à celui définit par le siège, et importuner ses voisins sans s'en soucier. - © Twitter

Qui ne s'est pas retrouvé, dans le métro, le bus ou le train, assis à côté de quelqu'un écartant ostensiblement les jambes, empiétant sur l'espace des autres passagers ? Un comportement typiquement masculin (d'où son nom anglais), que de nombreux mouvements féministes et/ou citoyens dénoncent avec exaspération depuis plusieurs années.

Alors qu'à New-York, au Japon et à Séoul, des pictogrammes particuliers existent déjà dans les transports en commun pour prévenir le manspreading, la vieille Europe est quelque peu à la traîne... sauf à Madrid, où des féministes se sont mobilisées avec le hashtag #MadridSinManspreading, "Madrid sans manspreading", poussant les autorités de la ville à lancer une campagne pour réprimander cette habitude assez exaspérante.

La société de transport de la ville, l'EMT, a donc suivi le mouvement, et a ajouté une nouvelle vignette illustrant clairement l'interdiction d'écarter ses jambes au delà des limites du siège. Pour l'instant, aucune information n'a été communiquée sur une éventuelle amende pour les personnes surprises en flagrant délit d'écartement intempestif.

En Belgique, de nombreuses femmes se plaignent régulièrement du manspreading, une députée Ecolo ayant déjà interpellé la STIB sur le sujet. La société bruxelloise de transports en commun avait répondu que cette attitude ne figurait pas parmi les incivilités les plus dénoncées par la clientèle, mais que la campagne respect de 2017 "sera particulièrement ciblée sur les phénomènes d’incivilité".

En France, le collectif "Oser le féminisme" a aussi lancé un hashtag, #Takebackthemetro, dénonçant par la même le caractère territorial et machiste du manspreading.

La route est encore longue vers le vivre-ensemble dans les transports en commun, le manspreading côtoyant régulièrement d'autres incivilités comme le "bagspreading", le fait d'utiliser un siège pour son sac à mains/à dos, le "voicespreading", où l'appel téléphonique partagé avec tous les passagers du wagon, etc.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK