Lompret, écrin de verdure au Pays de Chimay

Depuis des siècles, le nombre d’habitants n’a pas vraiment bougé. Lompret, a su préserver son authenticité. 170 personnes vivent dans ce petit village paisible niché en pleine nature au pied d’un éperon rocheux, appelé le "camp romain". Probablement en raison de traces d’occupations ancestrales laissées sur le site.

Longo Prato ou longs prés

"La légende raconte que les soldats romains décédés étaient enterrés ici avec une baie d’if dans la poche. Ce qui expliquerait le peuplement spontané de cette végétation remarquable à Lompret", raconte Hugues Derzelle, éleveur de bovins dont les prairies atteignent le camp romain. Il ajoute que le nom du village vient du latin "Longo Prato", ce qui signifie long pré. En référence aux longues prairies qui caractérisent le village, l’un des plus beaux de Wallonie.

Souvenirs de jeunesse

Ce lieu d’exception est aussi une source d’inspiration pour les artistes comme Olivier Terwagne, auteur, compositeur, interprète originaire de la région. L’une de ses chansons évoque ses souvenirs de jeunesse à Lompret. Il cite le "Franc Bois", l’hôtel du village construit sur une dépendance de l’ancien château de Lompret. La chanson parle également de l’Eau blanche, l’unique restaurant du village qui surplombe la rivière du même nom.

Douceur de vivre

La couleur verte de la vallée verdoyante contraste avec le bleu-gris des pierres calcaires des habitations d’antan restées intactes. Ce village riche en histoire s’est forgé une identité unique à travers les époques. Ce qui plait le plus lorsque l’on se rend à Lompret, c’est probablement la douceur de vivre omniprésente.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK