Limbourg : des petits pour la louve Naya, les éleveurs appelés à protéger leur troupeau

La Louve Naya attendrait un heureux événement. C’est en tout cas ce qu’ont constaté les spécialistes qui suivent l’animal dans la province du Limbourg où elle est observée depuis janvier 2018, plus fréquemment dans les massifs boisés de Bourg-Léopold.

Les images prises il y a une semaine, mais rendues publiques depuis ce jeudi seulement, montrent la louve avec une forme arrondie, ce qui laisse penser qu’elle est en pleine gestation. La louve Naya pourrait mettre au monde une portée de cinq ou six louveteaux dans les prochains jours ou semaines.

Si cela se confirme ce serait une première dans notre pays depuis le retour des loups en Belgique.

Des troupeaux à protéger

Reste qu’une augmentation de la population des loups suscite quelques craintes, surtout chez les éleveurs. Il leur est d’ailleurs conseillé de prendre des mesures pour protéger leur troupeau.

Mais y a-t-il vraiment un risque ?

« Il y a forcément toujours un risque. A partir du moment où au niveau des proies, les moutons relativement faciles par rapport à du gibier », confirme Alain Licoppe, coordinateur du réseau loup en Wallonie.

Pour s’en prémunir, « il y a toutes une série de techniques qui permettent de prévenir (même si ce n’est jamais du 100%) ce genre d’attaque ou de dissuader le loup de s’en prendre à des élevages ».

« Concrètement, ce qu’il faut c’est de la surveillance, c’est installer des protections mécaniques, et idéalement des systèmes électrifiés qui permettront de dissuader le loup de pénétrer dans les enclos à moutons. Il y a également la possibilité d’utiliser des chiens de protection de troupeaux. Evidemment, tout cela demande une certaine préparation », précise Alain Licoppe.

Précisons qu’il n’y a aucun risque pour les promeneurs. « C’est plutôt le loup qui a tendance à s’échapper plutôt que l’inverse », selon ce spécialiste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK