"Levons-nous femmes esclaves": quand "l'hymne des femmes" fait vibrer le stade de Rennes (vidéo)

"Levons-nous femmes esclaves Et brisons nos entraves. Debout, debout, debout." Plusieurs centaines de supporters et de supportrices ont entonné ces paroles dans le stade de Rennes, à l'occasion du match Chili-Suède qui se tenait ce mercredi 12 juin à Rennes. La vidéo, partagée plusieurs centaines de fois sur les réseaux sociaux, a été publiée par l'équipe féminine du Ménilmontant Football Club (en région parisienne).

"C’est une invitation qu’on a faite à des Rennaises et des Rennais de chanter nos droits dans l’espace public et entre autres aujourd’hui à l’occasion de la Coupe du monde féminine de football [de] chanter pour les droits des femmes et continuer à lutter pour l’égalité entre les femmes et les hommes", a expliqué Anaïs Briand, chargée de production du projet Echos, à nos confrères d'Ouest-France. Un projet pour lequel une série de répétitions avaient été organisées il y a plusieurs semaines déjà.

Si les paroles de ce chant datent de 1971, l'air est lui bien plus ancien. Il faut remonter au début des années 1930 pour trouver les premières traces de ce qui était alors "le chant des déportés" ou "chant des marais" composé par des prisonniers politiques en Allemagne.

Le Huffington Post rappelle sur son site internet qu'une version de l'hymne des femmes avait été enregistrée en novembre 2018, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences à l'égard des femmes. A l'époque, 39 femmes, artistes et anonymes, avaient chanté l'hymne pour récolter des fonds destinés à la Maison des Femmes. Un lieu pour accueillir "toutes les femmes vulnérables ou victimes de violences".


►►► À lire aussi : Au moins 11 féminicides répertoriés en Belgique depuis début 2019


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK