Les voyagistes se préparent au retour à la drachme en Grèce

Une porte-parole de Hotelplan Suisse a confirmé dimanche à l'ats une information parue dans Sonntag. Dans l'éventualité où la Grèce sortirait de la zone euro, le voyagiste de Migros a signé des contrats avec ses partenaires locaux, mais aux mêmes conditions que celles qui ont été négociées jusque-là afin d'éviter de devoir fixer de nouveaux prix. En Allemagne, le voyagiste TUI a par contre adopté une approche différente. 

Samedi, le quotidien allemand Bild a affirmé que le groupe de tourisme allemand avait demandé aux hôteliers grecs avec lesquels il travaille de les régler en monnaie grecque, et non en euros, si jamais la Grèce sortait de la monnaie unique. 

TUI chercherait ainsi à profiter d'une forte dévaluation de la nouvelle monnaie grecque face à l'euro, si jamais la Grèce sortait de la zone. "Nous devons nous protéger contre de tels risques de changes. Il y a une probabilité plus que théorique que la Grèce sorte de l'euro", a expliqué à Bild un porte-parole du groupe allemand. 

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK