Les trois joyeuses de Dunkerque, un carnaval où chacun change d'identité

En ce jour de Mardi Gras, la fête bat son plein dans à Dunkerque. Depuis le 17ème siècle, la ville accueille un carnaval haut en couleurs. Ce mardi est l'un des temps forts de ces festivités, qui rassemblent plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque année.

Le carnaval compte beaucoup pour les habitants de la ville du Nord de la France, il leur procure un intense sentiment de liberté. Pendant la fête, chacun joue, chacun prend une autre identité, les hommes se déguisent en femme, les femmes en homme, ou alors les ouvriers en banquiers et les bourgeois en prisonniers. C'est une sorte de folie collective, qui permet d'oublier la routine, le quotidien, et de faire le plein de bonne humeur. 

Bien que folie collective, elle est tout de même très organisée. Le carnaval dure en réalité plus de trois mois, avec des défilés, des bals prévus quotidiennement. Mais le Mardi Gras est un jour un peu spécial, une date qui marque la fin de trois journées - les trois joyeuses - qui sont un peu l'apogée de la fête. Le maire de la ville jette des harengs dans la foule, les chants se multiplient, on boit, on mange, toujours dans la bonne humeur.

Le carnaval n'est pas épargné par la polémique. Plusieurs associations se sont plaintes que des carnavaliers se déguisent en noir, avec des pagnes ou des coiffes à plumes, "une image offensante", estiment-elle. Le maire de la ville, lui, fait valoir, que la tradition est de se déguiser en ce que l'on est pas, le temps d'une journée. Dans une tribune au journal Le Monde, il défend une "transgression heureuse qui porte l'esprit de dérision et d'autodérision".

Dunkerque faisait déjà son carnaval, ce dimanche:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK