2h30 pour faire Courrière-Bruxelles: le parcours du combattant d'un navetteur SNCB

Plus de 2 heures 30. Voici le temps que des habitants de Courrière, en province de Namur, prennent pour rallier Bruxelles sans prendre la voiture. 

C'est le cas de Fabrice Colin. Chaque matin de la semaine, il quitte son domicile à pied vers 5h30, direction la gare du village. Normalement, il devait y prendre un train mais depuis le début du mois, les choses ont changé. C'est devant un arrêt de bus que le long périple de Fabrice vers Bruxelles peut commencer. "A cause de travaux sur les voies à hauteur de Courrière, c'est un bus qui va nous amener à la gare de Sart Bernard. De là, on pourra partir vers Namur en train. C'est une réelle perte de temps", explique Fabrice.

5h57. Le bus est à l'heure et il y a de la place pour tout le monde. Cette situation plutôt agréable est bien différente le soir. D'après Fabrice, au retour, soit le bus est bondé avec des étudiants, soit il n'est tout simplement pas à l'arrêt. Autre fait interpellant : le bus s'arrête à 300 mètres de la gare en bas d'une côte. Il ne serait pas possible de faire demi-tour plus loin nous dit-on. Du coup, Fabrice et ses camarades de voyage entament une nouvelle marche vers les quais. Et une fois là-bas, une mauvaise surprise les attend... Le train est en retard de quelques minutes. Conséquence : il est fort probable que ces navetteurs ratent leur correspondance pour Bruxelles à leur arrivée en gare de Namur.

Correspondance ratée

Comme il l'avait imaginé, une fois à Namur, Fabrice rate sa correspondance. Pire : le train suivant de 6h45 est déjà en retard. "C'est une situation que l'on vit presque quotidiennement", nous confie Fabrice. A 7h45, Fabrice s'arrête à Bruxelles-Luxembourg. Il aura voyager 2 heures 15 pour arriver là. Avant d'arriver au bureau, Fabrice prend un dernier bus. 15 minutes plus tard, si tout se passe bien, il pourra commencer à travailler et se dire qu'en fin de journée, il devra faire ce trajet de 2 heures 30 dans l'autre sens, avec d'autres embûches...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK