Les trains, trams, métros, bus sont de nouveau beaucoup fréquentés. Quid des mesures sanitaires ?

Les utilisateurs des transports en commun l’auront remarqué : l’affluence des passagers à bord fait son grand retour. Et ce n’est pas la rentrée universitaire en présentiel ce lundi qui va inverser la tendance.

La Stib et la SNCB le confirment : le nombre de voyageurs est au plus haut depuis le début de la crise du coronavirus.

La semaine dernière, la SNCB a enregistré en moyenne 78% du nombre de voyageurs comptabilisés avant la pandémie. "C’est le pourcentage le plus élevé depuis le début de la crise", confirme le porte-parole de l’entreprise ferroviaire, Dimitri Temmerman. "Les gens se déplacent de plus en plus et optent à nouveau pour le train."

En mars 2020, lors du premier confinement, la SNCB n’avait transporté que 10% de ses voyageurs habituels. Seuls les déplacements essentiels étaient alors autorisés. Durant le confinement partiel de l’hiver dernier, les voyageurs étaient encore deux fois moins nombreux qu’à la normale. L’assouplissement des mesures a fait revenir petit à petit les passagers et la rentrée scolaire a confirmé le mouvement.

À la Stib, la reprise est surtout visible dans les métros. "Le nombre de voyageurs dans le métro la semaine dernière était de 67,2% par rapport à la période avant covid", explique An Van Hamme, porte-parole de la Stib. Pendant la crise, le nombre de personnes dans le métro était généralement inférieur à celui comptabilisé dans les bus et les trams. Selon la Stib, cela s’explique par le fait que les voyageurs du métro sont plus souvent des navetteurs, qui ont eu recours au télétravail, tandis que le bus et le tram sont davantage utilisés par les Bruxelloises et les Bruxellois.

Des mesures sanitaires bien respectées ?

L’affluence dans les transports en commun n’a pas l’air d’inquiéter outre mesure les passagers ou les autorités, d’un point de vue sanitaire. Contacté par nos soins, le ministre bruxellois de la Santé rappelle qu’il est important de respecter le port du masque à bord des transports en commun mais aussi sur les quais. Pas de mesures supplémentaires en vue.

Sur Twitter, certains utilisateurs relatent des situations problématiques.

Il semblerait toutefois que cela reste des incidents isolés.

L’association de défense des navetteurs de la SNCB n’a par exemple pas été alertée sur des situations importantes où les passagers ne portaient pas le masque. "Nous avions eu davantage de plaintes sur la sécurité sanitaire des trains entre les deux confinements l’an dernier", explique Gianni Tabbone, porte-parole de navetteurs.be "Nous remarquons que la SNCB continue à prendre des mesures pour désinfecter les trains, qu’il y a des annonces régulières de sensibilisation dans les gares et dans les trains et que des patrouilles Securail veillent également au respect du port du masque.Ne pas porter le masque en gare ou à bord d’un train vous vaudra d’ailleurs une amende administrative de 50 euros.


►►► Coronavirus en Belgique : vers la fin du port du masque ? "Irresponsable", selon Erika Vlieghe


Du côté de la Stib, son patron Brieuc de Meeûs annonçait jeudi dernier au journal Le Soir que selon une de leur enquête, à Bruxelles, 71% des gens se disent tout à fait à l’aise d’utiliser les transports en commun. L’entreprise œuvre aussi pour la sécurité sanitaire de ses passagers : tous les véhicules de la Stib sont désinfectés trois fois par jour.

Porter le masque, éviter les heures de pointe, rester chez soi à l’apparition de symptômes et lavage des mains : voilà donc les conseils pour affronter les trains et métros (parfois bondés) de ce début d’année.

Journal télévisé du 14/09/21

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK