Les températures printanières sortent les amphibiens de leur hibernation

Les températures printanières sortent les amphibiens de leur hibernation
Les températures printanières sortent les amphibiens de leur hibernation - © Belga

Crapauds, grenouilles et salamandres ont commencé samedi soir leur migration vers leurs mares de reproduction. Les températures printanières du week-end ont réveillé les amphibiens, explique Natuurpunt. L’organisation appelle les automobilistes à conduire avec plus de prudence.

Les amphibiens passent généralement l’hiver sur terre, se cachant sous des feuilles, des tas de bois ou s’enfouissant dans des cavités souterraines. Au printemps, ils se réveillent et cherchent une mare de reproduction, où ils s’accouplent et pondent des œufs. "En raison de la densité du réseau routier flamand, de nombreux amphibiens doivent traverser une route pendant cette migration printanière", souligne Natuurpunt. Nombre d’entre elles meurent malheureusement écrasées pendant le voyage.

 

C’est pourquoi Natuurpunt coordonne chaque année des actions de transfert de crapauds dans toute la Flandre. Le long des routes de migration, l’organisation installe ainsi des écrans qui dirigent les amphibiens vers des seaux enterrés, après quoi des bénévoles transfèrent quotidiennement en toute sécurité les amphibiens de l’autre côté de la route ou au bord d’une mare.

Des actions similaires sont habituellement menées au sud du pays à l’initiative de Natagora.

Appel aux automobilistes

"En raison des mesures restrictives liées au coronavirus, il n’est pas possible cette année de mettre en place des écrans pour crapauds en groupe ou de ramasser des crapauds", indique Dominique Verbelen de Natuurpunt. "Mais les coordinateurs des opérations de transfert locales parviennent à mobiliser suffisamment de personnes dans la plupart des endroits. Avec un peu de flexibilité et une bonne planification, des milliers de personnes sont à nouveau prêtes cette année à aider les amphibiens en migration à traverser la route en toute sécurité."

L’année dernière, Natuurpunt a aidé 149.666 amphibiens dans leur migration dans 130 villes et municipalités. Il s’agissait principalement de crapauds communs (71%), de grenouilles rousses (15%) et de tritons alpestres (5%), mais aussi d’espèces rares telles que le crapaud calamite, la grenouille des champs, le triton crêté et la salamandre tachetée.

Cependant, les volontaires ont également retrouvé 8352 victimes de la circulation, "juste la pointe de l’iceberg", selon l’organisation. C’est pourquoi elle appelle les automobilistes à être attentifs aux croisements d’amphibiens et à réduire leur vitesse à 30 kilomètres à l’heure dans les endroits où des panneaux routiers avertissent de la migration des amphibiens. "La migration printanière des amphibiens a lieu principalement au crépuscule et se termine vers minuit. Les nuits de migration idéales sont des nuits avec des températures nocturnes d’au moins huit degrés et une humidité élevée", précise encore Natuurpunt.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK