Les stress tests des centrales nucléaires pas fiables selon Greenpeace

En Belgique, la durée de vie de 30 ans prévue dès la conception des réacteurs Doel 1, Doel 2 et Tihange 1 est aujourd'hui largement dépassée, explique Greenpeace. La vétusté de certains composants essentiels, comme les conduits, la cuve du réacteur, les soupapes de sécurité ou encore les appareils de mesure et de contrôle, n'a pas été prise en compte, poursuit l'association.

En outre, ces trois réacteurs ne sont pas équipés d'un système de ventilation filtrée pour l'évacuation de vapeurs radioactives. "En cas de catastrophe nucléaire, la pression dans le bâtiment du réacteur ne pourra être contenue que par une seule enceinte de béton, ce qui risque de soumettre le dôme du réacteur à une pression insoutenable."

Les experts sollicités par Greenpeace préconisent une fermeture immédiate des réacteurs Doel 1, Doel 2 et Tihange 1. Les autres réacteurs de ces mêmes sites (Doel 3 et 4, Tihange 2 et 3) doivent être provisoirement mis à l'arrêt, le temps d'identifier et d'apporter les mesures permettant de pallier aux défauts constatés.

Greenpeace publiera le rapport complet de ces experts à l'occasion de la remise du rapport final des stress tests par la Commission. Ces tests ont été sollicités par les Etats membres de l'Union européenne disposant d'installations nucléaires, dans la foulée de la catastrophe de Fukushima, survenue le 11 mars 2011.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK