Les stocks de sang sont critiques en Belgique : la Croix-Rouge appelle à venir donner sans tarder

La Croix-Rouge de Belgique fait un appel à la population pour qu’elle vienne donner son sang "sans tarder", alors que les stocks actuels sont dans un "état critique".

Thomas Paulus, porte-parole du service Sang de la Croix-Rouge, était ce matin invité sur La Première.

Pourquoi ce manque critique de sang ?

"Il y a beaucoup de raisons. C’est clair que durant cette période, les donneurs sont toujours moins présents parce qu’il y a des départs en vacances, mais il y a aussi des retours de vacances qui font qu’on peut être contre-indiqué pendant une certaine période. Il y a toujours l’impact du coronavirus sur certaines collectes, comme les collectes en entreprises, les collectes en écoles, le télétravail, le fait d’avoir des confinements…

On sait que les gens sont plus perturbés dans leurs habitudes, mais également, une fois qu’on peut ressortir de chez soi, on a peut-être moins envie d’aller donner son sang, on a plus envie de reprofiter autrement d’une certaine liberté.

Les inondations qui ont clairement durement touché notre pays ont également eu un impact sur nos prélèvements. La fermeture ou l’annulation de certaines collectes et la fermeture de certains centres également, et on imagine très bien que les personnes sinistrées et les personnes vivant dans des zones sinistrées ont d’autres choses à penser que de venir donner leur sang".

Il y a moins de 1300 poches là où il en faudrait 3000, pour rencontrer essentiellement les besoins des hôpitaux actuellement, dont l’activité reste élevée…

"Que ce soit durant les congés ou dans une semaine traditionnelle, la consommation, donc la demande des hôpitaux, avoisine toujours les 3000 poches par semaine. C’est donc la quantité dont on a besoin chaque semaine pour pouvoir faire face à la demande, et là on est à 1300, ce qui veut dire qu’au lieu d’avoir cinq jours de livraison devant nous, on se retrouve avec un jour, un jour et demi, ou même peut-être un demi-jour en fonction de certains groupes sanguins".

Qu’est-ce qui pourrait augmenter le nombre de donneurs ?

"Ce qui pourrait motiver les gens, on n’en sait pas grand-chose. Il est clair que nous mettons tout en œuvre de notre côté pour offrir une énorme quantité de points de collecte et de possibilités pour venir donner son sang. Maintenant, les dons se font sur rendez-vous et il est évident que cela a perturbé l’habitude de certains donneurs qui savaient qu’ils pouvaient se présenter librement, mais ça a facilité la vie d’autres donneurs, car les temps d’attente sont réduits, et notamment face au coronavirus. Mais il est clair que le fait de mettre un rendez-vous permet d’améliorer le flux des donneurs sur les lieux de collectes, et dans les centres principalement".

Revoir les critères pour donner pourrait peut-être être une solution, non ?

"Les critères pour être donneur ne dépendent pas de la Croix-Rouge. Ils dépendent principalement du ministère de la Santé et de l’Agence de la santé. Maintenant, les critères, il faut bien comprendre qu’ils sont là pour une raison assez simple. En fait, tous les critères sont basés sur deux raisons. La première, c’est protéger la santé du donneur, et la deuxième, c’est protéger la santé du receveur.

Il faut comprendre que le receveur est généralement dans un état immunodéprimé, c’est-à-dire que la moindre problématique qui pourrait survenir suite à une transfusion, pour une personne normale, aura peu d’impact, mais pour une personne immunodéprimée, ces problèmes-là peuvent avoir un impact vraiment dramatique. Donc oui, les conditions sont strictes, mais elles sont là pour une bonne raison, c’est garantir la sécurité du receveur."

►►► Si vous souhaitez donner votre sang, prenez rendez-vous sur www.donneurdesang.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK