Les sourds flamands et wallons se comprennent facilement

RTBF
RTBF - © RTBF

Cette année, les fédérations francophones et flamandes des sourds ont décidé d'organiser le Journée mondiale des sourds ensemble. L'occasion d'en savoir plus sur la langue des signes. Flamands et francophones se comprennent-ils ?

Sophie Deloyer et Hilde Verhelste sont sourdes de naissance. Elles semblent communiquer sans problèmes. Pourtant, l'une est francophone, l'autre néerlandophone. En Belgique, il n'existe pas une seule langue des signes, chaque communauté à la sienne.

Bien que les gestes soient parfois différents, on se comprend généralement des deux côtés de la frontière linguistique. "30% des gestes sont différents", explique Hilde Verhelste. "Par exemple, le signe 'jeune', les francophones le font vers le haut tandis que les néerlandophones le font vers le bas. Il y a des petites différences, mais on peut facilement se comprendre", assure-t-elle.

Ce sont les mots abstraits qui posent généralement problème. Même s'il existe une langue des signes internationale, tous les sourds ne peuvent pas se comprendre immédiatement. Comme dans le langage oral, le vocabulaire change, une forme d'accent aussi. "Les francophones sont beaucoup plus expressifs au niveau du visage", explique Sophier Deloyer. "Il y a aussi différents dialectes à Liège, à Charleroi. Un peu comme l'accent, qui diffère selon les régions".

Quand un public sourd assiste à une conférence, le silence règne. L'invité s'exprime avec des signes internationaux.

Mais des interprètes traduisent à ses côtés dans les deux langues nationales, pour être sûr que tout le monde se comprenne.

Justine Katz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK