Les réfugiés pourront être hébergés dans les auberges de jeunesse

Les réfugiés pourront être hébergés dans les auberges de jeunesse
3 images
Les réfugiés pourront être hébergés dans les auberges de jeunesse - © Tous droits réservés

Permettre aux  réfugiés d'être hébergés et nourris dans auberges de jeunesse en échange de 19 heures de travail par semaine, soit trois heures par jour environ, c'est le partenariat conclu entre la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et 9 auberges.

Le projet est lancé. A l’origine de celui-ci, Christabel Kamoulakos, la coordinatrice générale de la plateforme. " J’ai demandé à l’auberge de jeunesse où je logeais s’ils accepteraient d’engager un réfugié palestinien comme bénévole. Ils ont immédiatement dit oui. C’est là qu’est venue l’idée de ce partenariat ". Les personnes qui peuvent bénéficier de cet avantage sont celles qui ont obtenu leur statut et qui sont en règle.

L’initiative intervient alors que la Maison des migrants fermera bientôt ses portes et que plusieurs squats occupés par des migrants seront bientôt évacués. Christabel Kamoulakos insiste sur les préjugés qui subsistent sur les réfugiés et le refus de nombreux propriétaires à leur louer leur bien. Une alternative, donc, pour leur permettre de se loger et de s’insérer dans la société. Ils pourront d’ailleurs proposer des activités au sein de l’auberge afin de faire découvrir leur culture aux résidants ou aux voyageurs de passage.

Le statut de bénévole dont il est question est déjà beaucoup utilisé dans les auberges de jeunesses. Les réfugiés pourront donc en bénéficier, au même titre que n’importe quel quidam, " et ce pour une période illimitée, précise Christabel Kamoulakos. Cela peut être pour une semaine, ou pour un an. Le temps que la personne trouve un logement "

Aucun réfugié n’a encore pu bénéficier de ce service, qui a été annoncé hier, sur la page Facebook de la plateforme. Mais celle-ci s’occupera de rediriger les personnes dans le besoin vers les auberges.

Le partenariat a été mis en place avec l’association " Les Auberges de Jeunesse Belgium ". Neuf auberges sont concernées. Il s’agit de celles de Mons, Namur, Liège, Champlon, Bouillon, Tournai et Malmedy en Wallonie, Molenbeek et Madou à Bruxelles. Prochain objectif, intégrer de nouvelles auberges en Flandres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK