Béguinage: l'espoir stimule toujours les réfugiés afghans

Les réfugiés afghans de l'église du Béguinage croient encore en un avenir en Belgique
Les réfugiés afghans de l'église du Béguinage croient encore en un avenir en Belgique - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Une trentaine de demandeurs d'asile afghans se sont réunis ce dimanche à l'Eglise du Béguinage située au centre de Bruxelles. Ces réfugiés afghans y vivaient depuis de longs mois avant d’en être expulsés en mai dernier. Aujourd’hui, ils n’ont toujours pas trouvé d’endroit où se reloger.

Ils ont fui la guerre, ils n'ont toujours ni papier ni logement. Ils ont maintenant décidé d'exprimer leur désarroi avec l'aide d'une psychologue.

Désabusés, les 25 demandeurs d’asiles expliquent que leur "vie est faite d'incertitudes permanentes". Ils ajoutent : "Nous ne comprenons pas pourquoi nous ne recevons aucune protection ici alors que nous ne pouvons pas rentrer chez nous. Nous avons pourtant du talent et des compétences à revendre. Notre séjour dans une église pourrait nous coûter la vie en Afghanistan. Nous ne demandons aucune pitié ou charité, seulement une vraie chance de mener une vie sûre et digne." (Belga)

Exorciser les traumatismes par l’écriture

Ces réfugiés ont notamment rédigé un texte en plusieurs langues et l’ont présenté à l’Eglise du Béguinage. Depuis plusieurs mois ces demandeurs d'asile afghans se réunissent une fois par semaine avec la psychologue pour mettre des mots sur leur situation. Hamed exprime le désire de trouver un travail. Il veut expliquer aux gens qu’ils sont " venus ici pour vivre et pas pour la criminalité ".

Dans ce texte, les afghans racontent leur histoire, leurs traumatismes, leur besoin de dignité, leurs forces et leurs rêves. Sandrine Devers, membre du comité de soutien, précise que ce texte "humanise beaucoup tout ce qu’ils vivent ". Pour elle, il faut les rencontrer sinon leur combat reste abstrait sinon "on se dit cette fameuse phrase ‘on ne peut pas accueillir toute la misère du monde’ ", ajoute-t-elle.

Des projets exprimés en maquette

Les réfugiés afghans du Béguinage ont réalisé la maquette d’une maison typiquement afghane, symbole du fruit de leur introspection. Sandrine Devers explique qu’après un tour de table, "on s’est rendu compte qu’on pouvait construire une maison ; il y avait un menuisier, un plombier … L’idée est alors venue de construire une maison de leur propre main avec des matériaux recyclés ". Cette maquette est exposée dans l’église.

Cette maison symbolise leur désir de retrouver un foyer stable.

D’après Belga, leur séjour au Béguinage leur a beaucoup appris et a contribué à ouvrir leur regard sur le monde alors qu'ils viennent d'horizons culturels et ethniques différents. Aujourd'hui, les réfugiés expliquent former un vrai groupe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK